Fermer la publicité

Activités périscolaires : l'état des lieux à Vienne

Isère le 25 juillet 2015 - Xavier ALIX - Collectivités locales - article lu 93 fois

Activités périscolaires : l'état des lieux à Vienne
DR - Les nouveaux rythmes scolaires côutent 230 000 euros à la Ville (photo d'illustration)

L'obligation légale d'effectuer par la Ville un projet éducatif territorial (PEDT) aura eu pour mérite aux yeux de la mairie d'obtenir une vue d'ensemble des activités développées avec les nouveaux rythmes scolaires. De quoi maintenant proposer une vue d'ensemble exhaustive et cohérente à la population.

Il le reconnaît volontiers. Le maire Thierry Kovacs n’était pas des plus enthousiastes à l’idée de dresser un projet éducatif territorial (PEDT). Une obligation de plus imposée par l’Etat liée au fonds d’amorçage d’aide par rapport aux nouveaux rythmes scolaires eux-mêmes imposés aux communes. L’Etat accorde en effet 50 € par enfant pour aider les municipalités à assumer sa réforme. Réforme dont la note s’élève à 400 000 € sur Vienne dont 230 000 € à la charge directe de la Ville.

Du coup, sur ce PEDT, « on est en entré à reculons, confie Thierry Kovacs. On se disait : “encore un machin en plus“. Mais finalement, je dois avouer que le tour de table que cela a provoqué entre toutes les parties – parents, centres sociaux, Caf, Education nationale, MJC, services municipaux, écoles, enseignants – nous a permis de recenser tout ce qui se faisait en la matière. Un constat : personne n’avait conscience de la richesses des actions menées sur la ville… »

Un vaste travail engagé en février dernier dont le résultat a débouché sur un document de base valable 2 ans (il faudra le retravailler pour la rentrée 2017) permettant non seulement d’éliminer d’éventuels doublons mai aussi de donner une aide au choix des parents à la prochaine rentrée en leur informant sur qui propose quoi et où sur l’ensemble de Vienne. « Nous songeons du coup à terme à créer un portail Internet avec les actions et les horaires », annonce Thierry Kovacs.

Lors du conseil municipal du 6 juillet, le PEDT a été adopté par l’assemblée. Face à une remarque de l’opposition socialiste - qui cependant saluait le travail effectué - sur la non gratuité des activités périscolaires pour les familles, le maire rappelait que la Ville assumait déjà plus de la moitié de la somme et ces dernières moins d’un quart (110 000 €) : « Il fautun juste équilibre, on ne peut pas voter contre les augmentations de tarifs municipaux et contre les recettes. »

Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide