Fermer la publicité

Pénurie de médecins : les maires à la manoeuvre...

le 16 juin 2015 - Arnaud DE JUBECOURT - article lu 36 fois

Pénurie de médecins : les maires à la manoeuvre...

Si le remplacement d'un médecin était autrefois une affaire de médecins, avec parfois des reventes de clientèles au prix fort, le contexte a bien changé. Les clientèles ne se vendent plus, faute de rareté. Les médecins se désintéressent de leur succession qui leur apparait comme ingrate à gérer, voire impossible. Résultat, les élus locaux se retrouvent en première ligne face au mécontentement de la population qui réclame du service médical.

 Les initiatives se multiplient : appels à candidatures dans la presse, annonces sur le Bon Coin, sponsoring divers du cabinet : gratuité de loyer, paiement d’équipement. D’autres tentent de salarier leur médecin, comme La Ferté Bernard, à Domats ou à Bernay, en le débarrassant d’une partie de la « paperasse » et en lui offrant un cadre de travail plus contemporain en termes d’horaires et de partage de responsabilités.

Beaucoup tentent de monter des « maisons médicales » et autres « pôles de santé » qui proposent de mutualiser des moyens, de remettre en place un secrétariat digne de ce nom, de lutter contre l’isolement. Il y en avait 174 en 2012, il y en a plus de 1000 aujourdhui. Il arrive que des communes voisines aient des projets concurrents ou voisins (par exemple la Tour du Pin et Saint Jean de Soudain), ce qui hypothèque les projets les plus fragiles et ne facilite pas toujours l’émergence d’une solution ; on assite parfois à des surenchères, car les communes se battent quelquefois pour récupérer les même professionnels qui se retrouvent parfois perplexes... Les communautés de communes sont parfois de la partie car l’enjeu dépasse souvent les limites d’une commune ; surtout, les sommes en jeu sont importantes, notamment du fait de la composante immobilière qui est significative et parfois portée par la commune comme à Bellignat dans l'Ain.

Beaucoup de projets ne voient jamais le jour faute d’argent , même si certains projets sont subventionnables, au moins en théorie ; d'autres avortent par manque de ll’énergie nécessaire pour trouver des accords entre les propriétaires de locaux ou de terrains, les professionnels de santé et les acteurs publics, parfois contraints de subventionner ou de cautionner des projets lourds. Des spécialistes de ce type de dossier existent, mais les compétences pluridisciplinaires nécessaires sont parfois difficiles à trouver et sont parfois coûteuses ; les hésitations sont légitimes, et beaucoup de projets pataugent dans une incertitude usante. Pour réussir, il faut la plupart du temps une détermination de fer, une équipe soudée et ... un peu de chance.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide