Fermer la publicité

Péage-de-Roussillon : le premier adjoint démis

Isère le 18 septembre 2015 - Lawrence Krouwel - Collectivités locales - article lu 562 fois

Péage-de-Roussillon : le premier adjoint démis
Lawrence Krouwel - Hasan Sener lors de sa prise de parole

Jeudi 10 septembre, Hasan Sener, premier adjoint de la commune de Péage-de-Roussillon a été démis de ses fonctions suite à un vote à bulletin secret lors du conseil municipal.

Le maire, Stéphane Spitters, parle de perte de confiance qui nuit au bon fonctionnement de l'administration communale. Voilà plusieurs semaines que le torchon brûle entre Stéphane Spitters, le maire, et son premier  adjoint, Hasan Sener. Il est 19 h jeudi 10 septembre, le conseil municipal est réuni. Premier point à l’ordre du jour : installation d’un nouveau conseiller municipal et le non maintient d’Hasan Sener dans ses fonctions . « Par arrêté municipal n°2015-145 du 28 août 2015, j’ai retiré l’ensemble des délégations que j’avais donné à Hasan Sener premier adjoint. Le conseil municipal doit donc se prononcer », explique le maire.

Et tel un avocat, Hasan Sener demande la parole et déroule sa plaidoirie, il demande un vote à bulletin secret. « Monsieur le maire a pris un arrêté pour me retirer mes délégations considérant qu’il existe une relation conflictuelle et une perte de confiance (…). »  Ce que reproche le premier magistrat à son adjoint, c’est de lui avoir caché son embauche à la direction des services techniques de la ville de Roussillon. Embauche qui fait d’ailleurs l’objet d’un recours auprès de l’autorité de tutelle. S’en suivent des échanges houleux entre les deux parties. L’opposition péageoise s’en délecte et regrette ce lavage de linge sale en public ! « Cette décision lourde de conséquence, je ne l’ai pas prise seul, lance le maire. Je n’accepte pas la non franchise et toutes les conséquences qui en découlent. A savoir la perte d’un vice-président à la CCPR ».

Hasan Sener reprend la parole et détaille le travail accompli depuis 18 mois. Il demande aux élus d’être factuels et non pas de se prononcer au nom de la solidarité en montrant leur allégeance. « Ce soir, nous avons assisté à un tribunal orchestré dans lequel  j’étais le condamné », conclut Hasan Sener. La réponse du maire reste sans équivoque : « Avec la perte de confiance, travailler ensemble est devenu impossible mais je continue à travailler pour l’ensemble des Péageois et c’est moi qui gère les dossiers d’Hasan Sener ».

Lawrence Krouwel

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide