Fermer la publicité

Patronat - Les Dupés reprennent l’initiative

Loire le 20 janvier 2014 - Denis Meynard - Agglomération stéphanoise - article lu 956 fois

Patronat - Les Dupés reprennent l’initiative
Dominique Jabouley : « la réforme du Code du travail est une idée qui commence à faire son chemin » (© Denis Meynard)

Moins de six mois après leur rencontre à Saint-Etienne, le 25 juillet, avec Pierre Gattaz juste nommé président du Medef, le collectif de patrons baptisé Les Dupés (Dirigeants ulcérés par la politique économique et sociale), donne à nouveau de la voix.

« L’heure est venue pour nous de faire des propositions concrètes qui émanent de la réflexion et des recherches menées par les commissions que nous avons créées à l’intérieur de notre mouvement », explique Domnique Jabouley, PDG de l’entreprise stéphanoise éponyme et porte-parole des ces « patrons de terrain ».
L’ensemble de ces mesures (voir ci-dessous) qualifiées de « solutions de bons sens pour relancer vraiment la France », intervient dans la foulée de l’annonce du président de la République de la fin des cotisations familiales pour les entreprises et une nouvelle baisse de 15 Md€ des charges sur le travail en 2014. « L’intention annoncée par François Hollande va dans le bon sens, mais il reste la question de sa crédibilité et des moyens qui seront mis en œuvre pour parvenir à la cinquantaine de milliards d’euros d’économie annoncée sur 2015-2017 », commente le chef d’entreprise. Tout en ajoutant : « Nous allons, nous, beaucoup plus loin que ce qu’il dit. Notamment sur la nécessaire réforme du Code du travail, dont il n’a pas parlé ». Dominique Jabouley évalue à 300 000 le nombre d’emplois qui seraient créés par l’application des 21 mesures qu’il propose. « Soit un emploi par entreprise, pour 30 % des entreprises existantes.»
Ses solutions pour réduire le coût du travail permettraient, elles, de « créer 600 000 emplois ». Il s’agit d’une part de baisser de 10 % les charges sociales et patronales, pour ramener le coût horaire du travail au niveau de celui de l’Allemagne. Par ailleurs, Les Dupés suggèrent une augmentation de 10 % du salaire net, en économisant 12 % des dépenses sociales collectives, par la mutualisation des risques lourds et en ne faisant plus prendre en charge par la collectivité les risques légers.

La solution du « Contrat de travail unique »

« Il faut créer un nouvel environnement pour les chefs d’entreprise n’aient plus peur d’embaucher comme on a pu le constater. Le Code du travail est exorbitant pour les PME de moins de 50 salariés. Ils ont besoin de plus de flexibilité que ce qui est permis par l’actuelle réglementation sur le Contrat à durée déterminée. C’est pourquoi nous proposons un Contrat de travail unique, dans lequel l’entreprise apporterait des contreparties aux salariés », déclare le porte-parole des Dupés.

Trois antennes régionales créées

Si l’engouement en faveur du mouvement créé l’an dernier par une douzaine de patrons de PME stéphanoises du secteur textile s’est ralenti, en nombre adhérents (ils sont près de 5 000), leur action de lobbying s’est poursuivie. « Nous avons refusé d’intégrer les commissions de travail du Medef pour conserver notre indépendance », explique Dominique Jabouley, qui a par ailleurs parrainé la création de relais régionaux des Dupés dans le Nord de la France, en Alsace et en Auvergne. « Nous avons aussi été audités par un groupe de parlementaires de droite, Génération Entreprise-Entrepreneurs associés (GEEA), qui s’est inspiré de notre travail et qui nous cite dans le Livre blanc qu’il vient de publier », ajoute le patron stéphanois. Il tacle au passage « le gouvernement qui n’a pas voulu nous recevoir ». Mais aussi « la CGPME qui ne s’intéresse pas du tout aux Dupés, ce qui est assez incroyable ! »

Denis Meynard

« 21 propositions qui décoiffent »

L’objectif affiché de faire fondre de moitié le Code du travail qui a pris de l’embonpoint au fil des années, passe notamment par la suppression du CDD et la création d’un contrat de travail unique, comprenant une période probatoire de deux ans, avant d’arriver à un CDI classique. Les Dupés souhaitent la fin du monopole des syndicats au 1er tour des élections des délégués du personnel. « Les lois créées il y a 50 ans pour protéger les salariés qui exercent des fonctions de représentation ont depuis été dévoyés par des inspecteurs du travail qui empêchent leur licenciement pour faute ou pour motif économique », déclare Dominique Jabouley, qui revendique leur licenciement sans autorisation administrative préalable. Avec un droit pour le salarié protégé d’obtenir sa réintégration au sein de l’entreprise, dans l’hypothèse où il serait jugé que son licenciement n’a été initié qu’au regard de ses mandats de représentants du personnel. Les Dupés estiment par ailleurs que l’entrée de la notion de harcèlement moral dans le Code du travail a débouché sur des abus. Ils souhaitent « que ce délit relève désormais de la seule justice pénale ».

D.M.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide