Fermer la publicité

Passins, le village engage sa mutation

Isère le 20 mai 2015 - Claire Thoinet - Nord-Isère - article lu 1054 fois

Passins, le village engage sa mutation
Claire Thoinet - Raymond Bernet, maire

Raymond Bernet est revenu à la tête de la commune de Passins après avoir été conciliateur de justice, parenthèse singulière, pendant la durée du mandat précédent. Avec les onze membres du conseil municipal, il a de nombreux dossiers à traiter pour permettre au village d'amorcer un tournant qui s'avère nécessaire. Voirie, plan local d'urbanisme, traitement des eaux usés…

« J’ai été conciliateur de justice à Pont-de-Chéruy, une fonction que j’ai appréciée. Je n’avais pas l’intention de revenir. On m’a relancé pour ce mandat », précise le maire. Alors que sa tâche pontoise et bénévole l’amenait à trouver une solution amiable aux différends (voisinage, relation propriétaire/locataire, litiges de consommation…), il s’est rendu compte que le devenir de Passins, la commune où il a déjà officié durant quatre mandats (sans compter celui qu’il a fait à Bourgoin-Jallieu), ne le laissait pas indifférent. Et, il y a à faire… Les élus prévoient d’énormes travaux sur près de 4-5 ans.
Déjà, le centre du village est en travaux. Débutés sous l’ancien mandat, ils sont nécessaires pour que le réseau d’égout ne reçoivent plus les eaux parasites (de pluie, ruissèlement…). Les eaux usées sont traitées par lagunage, système obsolète (trop petit ou défectueux). Une étude est en cours pour les refaire ou se relier à la station d’épuration de Malville. La loi sur l’eau pourrait faire opter pour la seconde solution. En attendant, la commune ne peut plus délivrer de permis de construire pour les hameaux concernés (Crevière, Passins le bourg, Bachelin-Charbinat). Le réseau d’eau, de 1936, montre des fragilités dues à la circulation automobile.
Le PLU doit être révisé en prenant en compte le Grenelle de l’environnement, la loi ALUR, moins de terrains constructibles… Le village compte suffisamment de logements sociaux au regard de la loi mais ne couvre pas les besoins de la population. La démographie ralentit et le village vieillit. La limitation des permis de construire depuis deux ans participe à la situation. L’effectif scolaire baisse. Il manque du locatif pour attirer des jeunes.
Alors que le château de Montolivet, propriété de la fédération des œuvres laïques du Rhône, est en vente. Quel sera le projet de l’acquéreur du site ? Cela doit être mentionné dans le document d’urbanisme.
« Alors que la salle des fêtes sera remboursée cette année, nous avons en vue, la réorganisation du centre-ville (parkings, commerces…), l’amélioration du restaurant scolaire, la réalisation d’un mini-stade et il faut penser l’accessibilité des bâtiments. Nous souhaiterions faire restaurer les 121 marches en pierre qui montent à l’église... », énumère-t-il. Pour faire évoluer la zone d’activités, aux portes de Morestel, la gestion est aux mains de la CCPC (achat de terrains, viabilisation…), mais la voirie est à la charge de la commune, comme celle du reste de son territoire, et l’assainissement est un frein.
D’autres questions taraudent Raymond Bernet : la mobilité des jeunes qui est un problème qui n’a pas avancé en dix ans, le manque de médecins, premiers intéressés si un projet doit être élaboré. Et il revient sur l’intercommunalité. Passins, membre de la CCPC, se veut un participant actif avec des représentants dans chaque commission. « La communauté de communes est un échelon indispensable pour la commune, pour ses compétences », souligne-t-il, appelant de ses vœux que d’autres soient prises en charge, comme la voirie. Quant à la volonté de l’Isle-Crémieu, des Balmes dauphinoises et le Pays des couleurs de fusionner, à ses yeux, « la mutualisation est une bonne chose pour voir si le rapprochement marche bien. Elle doit intervenir avant la fusion ».

Claire Thoinet

Passins, c’est un bourg, quatre hameaux et 1155 habitants (INSEE 2012).
Son patrimoine bâti compte le château, ancienne maison forte remaniée au XIXe siècle avec tour ronde, voûtes ogivales, datant des XIVe et XVe siècle, chapelle du XIIe siècle, lavoirs et fours restaurés pour la fête du pain.
Aux côtés d’exploitations agricoles, la zone d’activités accueille artisans, commerçants et entreprises.
Le village dispose de son petit marché de producteurs locaux (légumes, viande, fromage), le jeudi matin.
La commune est en regroupement pédagogique avec Arandon (école maternelle).
Ses paysages sont variés avec des collines boisées, des prairies, des terres cultivées, des marais… www.passins.fr.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide