Fermer la publicité

Pas de vagues au conseil municipal montbrisonnais

Loire le 23 octobre 2014 - Louis Thubert - Forez - article lu 683 fois

Pas de vagues au conseil municipal montbrisonnais
Catherine Doublet, adjointe à l'éducation, Alain Gauthier, premier adjoint, et Christophe Bazile, maire de Montbrison (© Louis Thubert)

Ce 20 octobre, il y avait plus de monde autour de la table du conseil que sur les sièges disposés dans la salle de l'Orangerie.

Alors que Montbrison-Moingt avait vu nombre de conseils municipaux polémiques, déclenchant huées et applaudissements chez un public nombreux, le calme était de mise.
Chez les conseillers municipaux aussi, si les désaccords transparaissaient parfois, l'ambiance restait feutrée. Le vrai débat, avec remise en cause profonde de toute une politique et - il faut bien le dire - opposition frontale entre d'un côté Christophe Bazile, maire de Montbrison, et de l'autre Liliane Faure, sa prédécesseur actuellement dans l'opposition, n'était pas pour ce soir. Mais les politiques restent extrêmement attentifs, polissant leurs arguments, guettant le moindre faux pas de leurs adversaires.

Quelle politique de gestion des effectifs ?

Par exemple, sur une mutualisation de moyens (la création d'un poste d'électricien) au Syndicat mixte de production d'eau du Montbrisonnais, Liliane Faure a salué une « rationalisation ». Tout en demandant, presque innocemment : « cela correspond à une suppression de poste de la Ville de Montbrison ? » Alain Gauthier, premier adjoint, le reconnaît et précise : le poste créé est au Sypem, et le départ à la retraite d'un employé municipal ne sera pas remplacé. Liliane Faure, vigilante, déclare ensuite : « Il faudrait que vous apportiez votre vision de la gestion des effectifs pour que nous en débattions. Pas ce soir bien entendu, pour que vous puissiez vous préparer... »
Alain Gauthier lui a répondu, avec courtoisie : « en commission technique paritaire nous avons donné notre position : il n'y a pas de chasse aux postes même s'il faut maîtriser la masse salariale. » Le débat aura lieu. L'ordre du jour actuel ne s'y prêtant pas, les élus des différents bords ne l'aborderont pas aujourd'hui.
Le budget, lui, a suscité plus de discussions, et notamment la réfection de la façade du musée d'Allard. C'est Sylviane Lassablière, élue d'opposition, qui a lancé le sujet. « Je trouve dommage de repeindre le bâtiment du musée sans mettre de l'isolant. Dans le cadre de la transition énergétique, la réhabilitation thermique des bâtiments publics est indispensable. Se contenter de peindre la façade sans rien faire d'autre, c'est de la poudre aux yeux et de l'argent dépensé inutilement ! », a-t-elle lancée. « Que dire des 58 000 € de taxe d'aménagement que la Ville n'a pas perçu ! », lui a rétorqué Alain Gauthier, déplorant une « erreur de gestion » qui se retrouve dans le budget examiné par le conseil. « C'est une faute de gestion et vous en étiez responsable ! », a appuyé Christophe Bazile. Liliane Faure lui a répondu, d'une voix tranquille : « On vous souhaite que ça ne vous arrive pas, il faut être bien hardi pour parler de faute. » « Vous savez, on en voit et on a pas fini d'en voir... », a repris le maire.

La loi Pinel en vigueur

Au delà des promesses d'échanges musclées, le conseil a su s'exprimer à l'unanimité sur certains points. Comme sur la loi Pinel, dont le dispositif va rentrer en vigueur à Montbrison-Moingt. « Un dispositif connu, a salué Liliane Faure. Nous souscrivons totalement à cette démarche. » Le maire évoque quant à lui « une opportunité à saisir » à propos de la loi, qui permet à des propriétaires de bénéficier d'une réduction d'impôts s'ils louent un bien à un loyer plafonné. Liliane Faure et Christophe Bazile ont préféré enterrer la hache de guerre ce soir là. Mais ils vont certainement s'affronter à l'avenir : de 2008 à 2014 ils étaient déjà en désaccord, que ce soit sur le fond de certains dossiers ou sur la forme de leur application.

Louis Thubert

Une convention avec la Sacem

Le festival des Poly'sons va recevoir une subvention de la part de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem). 10 000 € seront consacrés au festival de musique actuel montbrisonnais. Dans ce cadre là, une convention a été signée entre la Sacem et la Ville de Montbrison.

Des subventions pour Activ Été

Le dispositif Activ Été a proposé, par le biais d'associations, de nombreuses activités aux enfants montbrisonnais pendant l'été. 489 cartes ont été vendues. Le conseil municipal a décidé d'allouer des subventions exceptionnelles aux associations qui ont participé à cette opération. 16 300 € ont donc été accordés à ces associations.

Une prime pour les non titulaires

Les personnels non-titulaires de la Ville de Montbrison vont bénéficier d'une prime. Ayant un statut plus précaire que les agents titulaires, les non-titulaires recevront une prime annuelle correspondant à un mois de traitement, modulé en fonction du contrat. Les agents concernés pourraient recevoir entre 88 et 750 €. Alain Gauthier, premier adjoint a tenu à saluer « des agents qui font une mission de service public » et font face à une situation « de plus en plus difficile ».



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide