Fermer la publicité

Pas d’exploit mais une progression

Loire le 22 mai 2014 - Xavier Alix - Agglomération stéphanoise - article lu 495 fois

Non, rien de rien.

Rien n’est à regretter. Durant une mi-temps, l’ASSE a été qualifiée pour la compétition reine. Qui aurait crû ne serait-ce qu’à cette possibilité il y a quelques semaines ? Et au soir de certaines défaites automnales ? Certes, 4e, on est sans doute à notre place. Mais si le scenario avait été inverse, là aussi, il n’y aurait rien eu à regretter. Peu importe les préliminaires, les vacances raccourcies : c’est LA Ligue des champions. La dernière fois que l’ASSE y a été, elle s’appelait Coupe des clubs champions. Et porter la moustache pour un joueur de 25 ans n’était même pas ringard ! Ça ne se refuse pas. Surtout pas quand on est l’ASSE. Autant venir avec un mental de gagnant, ça ne coûte pas plus cher. Mais on connaît la chanson : celle de la Ligue des champions certes mais aussi celle des clubs français, gagas de culture « beauseigne ». Cette peur maladive de l’ambition que n’ont pas les Portugais, pas plus riches que nous, cette impossibilité de jouer le coup à fond même conscients de ses limites. L’Europa League, c’est donc pour nous ? La réponse, monument d’absurdité est connue : « Ah bah non, si on la joue, on risque de pas se qualifier pour l’Europe… » Mais bon, retenons d’abord que l’ASSE sort de sa meilleure saison depuis 1981/82. Et c’est très bien. Elle égale 1987/88 en classement. Si on applique la victoire à 3 points aux années 80 et début 90, sur les 30 dernières saisons, l’ASSE aurait été, quasi systématiquement, 2e ou 3e avec 69 points et même assez rarement loin du champion... Elle aurait même été championne en 2002/03 devant… l’OL avec un point d’avance ! Alors, 2013/14, un exploit ? N’en déplaise à Bernard Caïazzo - faut-il y voir l’influence d’un milieu journalistique sportif qui s’acharne à galvauder ce terme, « exploit » ? -, il s’agit d’une performance. Mais une très belle performance dans la continuité d’une montée en puissance réjouissante et bien gérée par le club : 17e, 10e, 5e, 4e cette année. Un exploit, c’est faire un coup d’éclat pas une progression. Et là aussi, il n’y a rien à regretter.


Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide