Fermer la publicité

Pôle métropolitain : le renouvellement

Loire le 22 juin 2014 - Eric Séveyrat - Actualités - article lu 661 fois

Pôle métropolitain : le renouvellement
De gauche à droite : Gaël Perdriau, Gérard Collomb, Thierry Kovacs, Jean Papadopulo (© Jacques Léone)

Jean Papadopulo (DVD), maire de Four, président de la CAPI, Thierry Kovacs (UMP) de ViennAgglo et Gaël Perdriau (UMP) de Saint-Etienne Métropole sont les trois nouveaux acteurs du pôle métropolitain.

Auparavant trois hommes de gauche encadraient un homme de droite (l’ex président Christian Trouiller de Vienne) ; à présent trois hommes de droite encadrent un homme de gauche (Gérard Collomb). A noter que le Grand Lyon (31 sièges) ne possède plus la majorité (politique) face aux trois autres, qui totalisent 33 sièges. La roue politique tourne, mais l’affichage reste le même, c’est-à-dire que les quatre présidents d’agglo réaffirment une même volonté de faire gagner un pôle  métropolitain de presque 2 millions d’habitants, susceptible de : « S’insérer dans l’économie mondiale, et d’améliorer la vie de nos concitoyens, selon Gérard Collomb. Un pôle qui sache aussi éviter l’étalement urbain qui s’est produit en région parisienne et préserver l’agriculture péri-urbaine…» Le pôle, dont le siège est situé à Givors, conserve ses quatre compétences : mobilité-déplacement/développement économique/Aménagement-planification/Culture-tourisme. « Ce pôle dont j’ai été l’un des artisans au côté d’André Rossinot (Nancy-Metz) est une structure souple, une construction consensuelle, a indiqué le président du Grand Lyon. Il existe aujourd’hui 27 pôles en France, avec des géométries et des compétences variables, nous sommes dans une économie d’archipels, continua Gérard Collomb citant l’économiste Claude Weisz. Nous sommes complémentaires au sein du pôle, Le Grand Lyon avec la chimie, l’environnement, la biologie ; Saint-Etienne Métropole avec la mécanique et des disciplines de pointe, les pays nord Isérois pour la construction-bâtiment avec deux leaders mondiaux du secteur (Vicat et Lafarge). »

Un facilitateur

Le pôle a opté pour une présidence tournante entre Lyon et Saint-Etienne. Ainsi, Gaël Perdriau sera le prochain président en 2017 : « Il n’y aura pas de volonté hégémonique de Lyon, affirme son maire, nous vivons sur un même territoire. Il faudra par exemple que le label French Tech (label décerné par l’Etat accompagné de subventions) soit porté par le pôle, côté université, Lyon-Saint-Etienne existe. » Le pôle métropolitain est composé de 64 conseillers et n’emploie pas d’autres salariés que ceux existant dans les instances participantes : « Nous souhaitons pouvoir continuer à bénéficier de l’ingénierie du Grand Lyon, a, par exemple, indiqué Thierry Kovacs pour ViennAgglo. » Il ne s’agit donc pas de couches administratives supplémentaires, ont réaffirmé les élus, en ces temps de réforme territoriale et de chasse au gaspillage et doublons. Le pôle obéit au code général des collectivités territoriales, il fonctionne avec les élus déjà élus ailleurs : « On s’appuie sur les collaborateurs existants…le pôle doit être un facilitateur, note M.Collomb » L’un des effets visibles en culture est la présence de manifestation de jazz sur le territoire de la Capi (jazz au Golf) ou à Lyon pendant le festival Jazz à Vienne. Mais c’est aussi et surtout un titre de transport à tarification unique à l’échelle du pôle le « T libr ». Le président de Saint-Etienne Métropole, Gaël Perdriau insiste aussi sur le fait de : « Ne pas ajouter de couche technocratique, dépasser les étiquettes politiques, s’entendre à l’intérieur d’une communauté de flux, et de projets dans la complémentarité. » Quant au nouveau président de la CAPI, Jean Papadopulo, il indique : « la Capi a su trouver sa place dans un esprit de solidarité et d’ouverture. »

Eric Séveyrat


Le pôle en chiffres

Rappel : Le Pôle métropolitain est à ne pas confondre avec la Métropole qui se met en place à Lyon au 1er janvier 2015. La Métropole sera une sorte de grande commune à l’échelle du Grand Lyon qui aura toutes les compétences, du social à l’économique. Il y aura deux Métropoles en Rhône-Alpes : Lyon et Grenoble (+ de 450 000 habitants minimum). En revanche il n’y a qu’un pôle métropolitain (Lyon-Saint-Etienne –Vienne-Capi).
Le pôle : 1,8 millions d’habitants ; 143 communes ;30% de la population régionale et des adultes diplômés de l’enseignement supérieur ; 3 aéroports ; 4 Gares TGV ; 9 autoroutes ; 8,5millions de passagers en aéroports ; 30 millions de passagers en gares ; 426 millions de passagers en transports en commun ; 5500 restaurants (18 étoilés) ; 37 % de l’emploi régional ; 908 000 emplois salariés ;163 000 étudiants, 13500 chercheurs,5700 doctorants.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide