Fermer la publicité

Ottobock avec les athlètes para à Sotchi

Isère le 06 mars 2014 - Caroline Thermoz-Liaudy - Actualités - article lu 535 fois

Ottobock avec les athlètes para à Sotchi
(D.R.)

Cela fait déjà plusieurs années que les sports de glisse sont devenus accessibles aux personnes handicapées.

En stations, les pistes sont  fréquemment ouvertes aux personnes à mobilité réduite qui trouvent moins difficilement un encadrement adapté. De même, les jeux paralympiques, qui ont longtemps été les parents pauvres des JO, semblent attirer davantage l’attention des médias depuis quelques années. Quelques champions, comme le Grenoblois David Smétanine, médaillé d’or en natation à Pékin et depuis engagé dans l’équipe du conseil régional, en sont l’illustration.  Alors juste avant le lancement des jeux de Sotchi, l’équipe d’Ottobock est venue à Chamrousse pour présenter sa nouvelle prothèse, dans le cadre du week-end organisé chaque année depuis 10 ans par l’ADEPA (Association de Défense et d’Etude pour les Personnes  Amputés). Un week-end qui avait pour objectif de permettre aux personnes amputées de redécouvrir les plaisirs de la glisse. ProCarve, la première prothèse dédiée aux sports de glisse, a été conçue par la société Chabloz Orthopédie. Elle est aujourd’hui commercialisée par Ottobock.  Elle  permet de pratiquer le ski, le snowboard, le télémark, mais aussi le roller, le ski nautique, ou le wakeboard. Grâce à des réglages individualisés, elle gère les mouvements de flexion et d’extension permettant de reproduire les mouvements liés à la pratique du ski. Ottobock sera partenaire des jeux Paralympiques de Sotchi, tout comme elle l’est depuis les Jeux de Séoul en 1988, été comme hiver. Aux Jeux de Sotchi (qui se déroulent du 7 au 16 mars pour les paralympiques), Ottobock offre aussi un atelier de réparations. L’équipe de 30 personnes est composée pour un tiers, d’employés d’Ottobock Russie, auxquels s’ajoutent des orthoprothésistes issus de douze autres pays. L’assistance technique sera opérationnelle dès l’arrivée des premières équipes.

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide