Fermer la publicité

Ossabois redémarre pied au plancher

Loire le 03 août 2014 - Denis Meynard - Immobilier et BTP - article lu 1534 fois

Ossabois redémarre pied au plancher
Ossabois doit livrer une résidence étudiante de 120 chambres sur le Campus du Technolac, au Bourget-du-Lac, d'ici quelques semaines (D.R.)

Quatre ans après son intégration au groupe Bouygues Immobilier, Ossabois vient d’annoncer une forte augmentation de son carnet de commandes.

Notamment grâce à plusieurs contrats de conception-réalisation de logements pour étudiants.
L’entreprise de Saint-Julien-la-Vêtre, à l’est de Noirétable, a remporté les appels d’offres lancés par le Centre national des œuvres universitaires et scolaires relatifs à de futures résidences étudiantes au Bourget-du-Lac, en Savoie, à Saint-Nazaire, Nice, Nantes et Arras. Sur ce marché, Ossabois intervient en groupement d’entreprises avec des filiales régionales de Bouygues Bâtiment. Il réalisera ainsi quelque 828 des 2 000 logements étudiants prévus dans le cadre de la consultation lancée par le Cnous (Centre national des œuvres universitaires et scolaires) en 2012. Cette prise de commande, constituée par les cinq résidences qui visent la labellisation BBC-effinergie®, renforcera (sa) position de leader sur le marché français de la construction bois ».

Un procédé de préfabrication industrielle

L’entreprise ligérienne présidée par Xavier Domont explique que « pour répondre au cahier des charges du Cnous (elle) a mis en place un procédé de préfabrication industrielle. Les chambres sont ainsi réalisées sous forme de modules. Murs, plafonds, planchers, salles de bain et mobilier (lit, kitchenette et meuble vasque), ainsi que les finitions sont conçus et fabriqués dans les trois usines d’Ossabois, avant d’être livrés et assemblés sur les sites des futures logements. Un système innovant qui, selon l’entreprise, « permet de garantir une grande qualité de finition et de réduire les délais de réalisation ».
Outre son unité ligérienne, l’entreprise créée en 1981, qui annonce sur 2013 un chiffre d’affaires de 22,6 M€ et un effectif de 181 personnes, possède deux autres sites de production : une usine d’ossature bois et de cellules de salles de bain à Le Syndicat, dans les Vosges, et une autre de cellules de salles de bain à Chabreloche, dans le Puy-de-Dôme.
Ossabois, qui réalise également des logements disposés « en bande » pour les bailleurs sociaux, a opéré un repositionnement, en utilisant les méthodes qui avaient été mise en œuvre pour la fabrication de maisons individuelles en bois. Un marché peu dynamique en France, qu’elle a largement délaissé au profit de l’habitat collectif. Son appartenance au groupe Bouyges lui apporte une force de frappe commerciale vis-à-vis des grands donneurs d’ordre dont elle ne disposait pas auparavant.
Déjà retenue par Pierre & Vacances pour la fourniture et l’installation des « cottages » du domaine du bois des Harcholins, près de Sarrebourg, en Moselle, elle l’est aussi pour les 400 cottages et 1 000 salles de bains du futur Center Parcs de la Vienne. Elle doit également réaliser 600 maisons à ossature bois dans lesquelles EDF logera des salariés de centrales nucléaires au plus près de leur lieu de travail.
Confronté à une montée en charge de ses activités, Ossabois a investi 1,7 M€ sur la commune de Le Syndicat, dans l’est de la France, où 70 personnes ont été recrutées depuis le début de l’année. La capacité de production de murs en bois de cette ancienne usine de fabrication de grille-pain, reprise en 2007 au groupe Seb, doit passer de 220 000 à 350 000 m2. Elle doit aussi bénéficier de l’installation d’une ligne de montage de cellules de salles de bain préfabriquées. D’une capacité annuelle de 2 000 unités, elle viendra en complément de celle de Chabreloche, dans le Haut-Forez, qui en réalise 2 500 par an sous la marque Aqua-Logis.

Denis Meynard


Recrutement dans le Haut-Forez

Pour faire face à ses besoins de main d’œuvre qualifiée dans les métiers du bois (conducteurs de machines, menuisiers), mais aussi du bâtiment - tels qu’électriciens, plombiers, carreleurs, peintres, plaquistes etc.  -, l’entreprise continue à embaucher dans ses deux usines du Haut-Forez. Ainsi a-t-elle organisé en juillet une campagne de recrutement à la mairie de Noirétable, avec l’aide de Manpower et de Pôle Emploi, en vue d’embaucher d’une vingtaine de salariés. Certains venant des bassins de Montbrison, Roanne, Thiers, voire de Clermont-Ferrand.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide