Fermer la publicité

Osez Roanne : exercice d'analyse critique

Loire le 27 février 2015 - Louis PRALUS - Collectivités locales - article lu 312 fois

Osez Roanne : exercice d'analyse critique

Le groupe d'opposition Osez Roanne donne son point de vue sur la gestion d'Yves Nicolin. Il pointe de nombreux désaccords et des dossiers abandonnés.

Laure Déroche qualifie la politique d'Yves Nicolin de « politique de gribouille ». Elle y voit « slogans, effets d'annonce, pas de vision et pas de plan de mandat. » Elle souligne l'abandon de la vie associative et du plan vélo. Elle prend un exemple dans le social : les résidences Marguerite. « On avait prévu une société d'économie mixte pour racheter les résidences Marguerite. Ceux qui y sont entrés ont atteint un niveau de dépendance qui pose le problème d'accessibilité. On avait prévu de construire une nouvelle résidence Marguerite et d'en rénover deux pour qu'elles soient accessibles et que les personnes puissent passer de l'une à l'autre. On créait également 42 places de plus. Qu'a prévu la municipalité Nicolin ?»

Mme Riamon revient, elle, sur le plan de mandat. « 40% du financement extérieur de l'agglomération vient de la région et on ne sait pas ce que l'agglomération va demander alors qu'on va voter le contrat de plan Etat-régions. » M. Paput dénonce que les dossiers arrêtés sont des « dossiers à connotation sociale » en rappelant  que « 30% des Roannais vivent au-dessous du seuil de pauvreté ; le Roannais a une sociologie qui doit être prise en compte. » Il avance que le maire  « chouchoute ses électeurs et se désintéresse des autres... »
Toujours dans le social M. Gonnelli observe que le seul budget supprimé au CCAS est celui de la rentrée scolaire. « Il a été réduit à zéro sans discussion, de 28 000 € à 0 €. On donnait cette aide à la rentrée à 400 familles, soit  70 € par famille, ce n'était pas très élevé. »
Mme Vialle-Dutel se dit « très inquiète pour le sport roannais. » Allant toutes les semaines sur les terrains elle rapporte que « les clubs sont consternés par la baisse des subventions et les bénévoles s'occupant des jeunes démobilisés. » Elle regrette l'abandon du projet de la municipalité Déroche de l'anneau cyclable. « On a enterré ce projet en opposant les clubs et en disant qu'ils n'étaient pas d'accord entre eux. »

L.P.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide