Fermer la publicité

Opticien indépendant : un métier en voie de disparition ?

Loire le 08 mai 2014 - Emilie Massard - Agglomération stéphanoise - article lu 1134 fois

Opticien indépendant : un métier en voie de disparition ?
« Les indépendants doivent se positionner sur des niches » (© Emilie Massard)

La boutique a pignon sur rue à Saint-Etienne depuis plus de 40 ans.

Créée par René Sarrazin qui lui a donné son nom, elle vient d’être rachetée par Herveline Cusset, qui en était la gérante depuis plusieurs années. Pour faire prospérer sa boutique, la jeune opticienne souhaite adopter un positionnement sur des marques de créateurs, en exclusivité si possible. « Je pense que pour faire face à la concurrence, il faut se positionner sur des niches, estime-t-elle. Selon moi, les opticiens indépendants généralistes sont voués à disparaître, ils ne peuvent pas se battre sur le même terrain que les grandes enseignes. » Surtout lorsque l’on sait que les marques les plus connues imposent de nombreuses conditions aux opticiens, difficiles à gérer pour les petites boutiques. « A terme, je souhaite proposer des marques exclusives, et travailler avec des gens qui ne font que des lunettes. Au final, la différence de prix n’est pas si grande avec les marques de couturiers, mais la qualité, elle, n’est pas la même. »
La vente sur Internet est également une préoccupation pour elle, même si elle ne touche pas forcément la même clientèle. Difficile pour elle cependant de comprendre comment on peut se passer des conseils d’un professionnel. « Certains opticiens passent des partenariats avec des sites Internet pour réaliser les mesures de leurs clients internautes. Pour moi c’est scier la branche sur laquelle ils sont assis. Je regrette qu’aujourd’hui notre profession, à force de vouloir trop tirer sur les prix, soit passée de profession paramédicale à celle des commerçants. »
Autre sujet d’inquiétude pour Herveline Cusset, l’adoption récente de la loi qui autorise les mutuelles à instaurer des remboursements différenciés si l’assuré choisit de recourir à un professionnel de santé appartenant à son réseau de soin.  

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide