Fermer la publicité

Opération mains propres à la DRH du conseil départemental

Loire le 09 avril 2015 - Denis Meynard - Collectivités locales - article lu 3773 fois

Opération mains propres à la DRH du conseil départemental
Conseil départementale42 - L'affaire éclate au lendemain des éléctions

L'institution départementale suspecte un de ses DGA d'avoir tenté de faire pression sur une subordonnée qui avait découvert des agissements suspects.

Trois des principaux responsables de la Direction des ressources humaines du conseil général de la Loire ont été suspendus le 2 avril, notamment à la suite d’une tentative de mise à l’écart d’une de leurs subordonnées. Le directeur des ressources humaines, Jean-Luc Limouzin, ainsi que deux de ses proches, Anouck Payre, DRH adjointe, et Jean-Michel Basset, chef de service, sont suspendus pour une durée indéterminée. Ils sont soupçonnés d’avoir orchestré la « dénonciation calomnieuse » d’une cadre du service, l’accusant de s’être rendue coupable de harcèlement moral, selon l’institution départementale qui emploie 3 000 personnes.

Courant mars, au bout d’une semaine de suspension et d’enquête administrative conduite par une équipe pluri-disciplinaire, cette salariée, « très bien notée », a été « blanchie des accusations de harcèlement moral pesant sur elle ». Et ceux qui l’avaient mise en cause ont à leur tour été suspendus. « C’est un peu l’histoire de l’arroseur arrosé », reconnait un responsable du conseil départemental présidé par Bernard Bonne (UMP). Ajoutant que « l’enquête interne a par ailleurs fait apparaître une suspicion de manque de probité de la part du DRH et de ses proches collaborateurs ». Mercredi, un dossier les concernant, accompagné d’un dépôt de plainte du conseil départemental, a été transmis au parquet de Saint-Etienne.

Jean-Luc Limouzin est présenté comme très proche d’Anouck Payre, devenue son adjointe au conseil départemental de la Loire, où elle a pris les fonctions occupées jusqu’en septembre dernier par Nicole Peycelon. Mme Payre avait déjà suivi M. Limouzin lorsqu’il était DGS de la Ville de Firminy. Elle intervient, tout comme lui, au sein de la société ARJyl Assistance, de formation, audit, conseil, dont la gérante est Rosa Limouzin (l’épouse du DRH) et dont les couples Limouzin et Payre sont actionnaires. Jean-Luc Limouzin (qui s’était présenté l’an dernier aux élections municipales, à Firminy, sur la liste de Dino Cinieri, alors qu’il était inéligible, Ndlr) « devait se sentir intouchable », avance un de ses proches. Concernant le volet « manque de probité », il est notamment reproché à ce responsable du versement des paies de s’être « trop payé ». Contacté, l’intéressé n’a pas pu être joint.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide