Fermer la publicité

Opéra-théâtre de Saint-Etienne : des personnels au bord de la crise de nerfs

Loire le 21 mai 2014 - Mathieu Ozanam - Culture - article lu 2594 fois

Tout a commencé lorsque la nouvelle équipe municipale conduite par Gaël Perdriau a pris connaissance d’une note confidentielle du directeur technique de l’établissement culturel stéphanois portant sur les conditions de sécurité des équipements du plateau.  Soupçonnant une présentation délibérément exagérée de la situation destinée à justifier la fermeture du grand théâtre Massenet pour travaux, le maire Gaël Perdriau a pris des mesures de suspension à l’encontre de neuf cadres.

Le but : évaluer les responsabilités de chacun afin de comprendre la nature des problèmes techniques. La municipalité s’interroge sur les intentions de la direction et se demande si la fermeture pour plusieurs mois de l’opéra n’aurait pas eu pour but réel de faire plusieurs centaines de milliers d’euros d’économie en annulant plusieurs spectacles. La municipalité affirme en effet qu’il manque 1 M€ au budget. Depuis quatre cadres ont été réintégrés dans leurs fonctions après les explications qu’ils ont données.

Démission du chef Laurent Campellone

Dès vendredi 16 mai, L’Essor Affiches annonçait sur son site Internet que le directeur musical Laurent Campellone avait présenté sa démission. Il déclarait à l’AFP que sa démission était « dictée par (son) honneur et (sa) dignité ». « Je suis suspendu de mes fonctions de chef d'orchestre depuis trois semaines sans qu'on m'ait dit ce que l'on me reproche. Cette suspicion intolérable est une atteinte grave à mon image publique ». Une démission ni acceptée, ni refusée. « Il est possible que Laurent Campellone ait été en désarroi psychologique, suggère Michel Béal, adjoint aux ressources humaines. En tant que juriste je dois m’assurer auprès de son conseil juridique que sa décision résulte d’un consentement libre et éclairé. » Le maire Perdriau veut par ailleurs s’assurer que cette démission ne le soustrait pas à ses responsabilités.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=YiovJIuz0sA[/youtube]

« Il n’y a pas de considérations artistiques à l’égard de Laurent Campellone, c’est en tant que cadre de l’opéra et sur la question de la gestion des ressources humaines qui est un problème grave aujourd’hui dans l’ensemble des services de l’opéra de Saint-Etienne (qu'il a été suspendu de ses fonctions, Ndlr) », insiste Marc Chassaubéné, l’adjoint à la culture.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=uVm1gscsBh0&list=UUJ-llKLra8SJlOb-WniUBwA[/youtube]

Des accusations portées contre le directeur général

Les représentants du personnel que nous avons contactés font tous état d’une ambiance délétère au sein de l’institution depuis plusieurs années, au point de conduire deux personnes à vouloir attenter à leurs jours. Le directeur Vincent Bergeot (qui n’a pas répondu à nos sollicitations étant soumis à un devoir de réserve, Ndlr) est explicitement désigné. « M. Bergeot a été informé de plusieurs situations difficiles mais il les a laissées pourrir », témoigne Alexandre Dumas, représentant syndical CGT. Illustration de ce climat, en conflit avec la direction, le directeur administratif et financier de l’Opéra-Théâtre aurait demandé à être réaffecté dans un autre établissement municipal.

Autre témoignage rétrospectif : en mai 2012 Bruno Messina, directeur du Festival Berlioz, est retenu à l’unanimité du jury pour prendre la direction de l’Opéra-Théâtre. Mais il renonce à la stupéfaction générale quelques jours plus tard. Le maire Maurice Vincent décide de nommer Vincent Bergeot sans en référer au jury. Dans un courrier adressé au maire et aux membres du jury (Drac, Région, Département), Bruno Messina explique les raisons de sa renonciation. Il est encore plus explicite dans un courriel que nous nous sommes procurés : « la situation interne à l’OT me semble extrêmement tendue, vous l’avez d’ailleurs qualifiée d’explosive (il s’adresse à Maurice Vincent, Ndlr), et j’ai pour ma part l’impression générale et désagréable que certains responsables de la Ville attendaient la nomination d’un autre directeur (…) ». « La manière dont il a assuré l’intérim n’a manifestement pas permis d’établir la situation d’équilibre espérée, avec des équipes sereines, calmes, offrant des conditions favorables à la nouvelle direction, quelqu’elle soit. (…) »

Des accusations portées contre le directeur musical

« C’est la 1re fois en 36 ans que je vois une direction faire l’unanimité contre elle, tout corps de métier confondus, assène Serge Badol, délégué FO de l’orchestre. C’est tellement facile de dire qu’il y a une chasse aux sorcières ! » La gestion des relations humaines de Laurent Campellone est mise en cause par de nombreux membres de l’orchestre dont certains souhaitent garder l’anonymat par crainte de représailles. Le cas du violon solo Lyonel Schmitt, remercié le 21 septembre 2013, est notamment cité par plusieurs d’entre eux car il a frappé les esprits. « Il a été renvoyé sans préavis pour crime de lèse-majesté à l’égard de Laurent Campellone. Il lui avait dit que lui aussi devait se remettre en question dans la façon de conduire l’orchestre pour le faire progresser. A partir de là il a été convoqué face à un quatuor directoral dont, nous délégués de l’orchestre, n'avons même pas été avertis pour être présent. » Si le public témoigne de son attachement au chef Campellone, il n’en est clairement pas de même pour les membres de l’orchestre...

Mathieu Ozanam

Lire aussi :

Le conseil municipal suspendu à l’Opéra (15 mai 2014)

Laurent Campellone : “Je suis venu à la direction d’orchestre par amour des voix” (25 octobre 2012)

Vincent Bergeot : enfin un directeur à l'opéra (14 juin 2012)

Opéra : l'Etat supprime sa subvention (4 juillet 2012)



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide