Fermer la publicité

OGM : Marche contre Monsanto

Isère le 11 mai 2015 - David Merle - Sciences, Santé, Environnement - article lu 258 fois

OGM : Marche contre Monsanto
DR - Mobilisation contre la société Monsanto.

Le 23 mai prochain sera organisée à Grenoble une marche festive contre la société américaine Monsanto (Bayer, Syngenta), champion des biotechnologies agricoles. Agriculteurs en conventionnel, raisonné voire biologique, sans oublier les consom'acteurs, tous diront leur refus du « monde selon Monsanto ».

Une cinquantaine de pays, une vingtaine de villes en France, l’Internationale des anti-OGM (Ooganismes génétiquement modifiés) se donne rendez-vous le 23 mai prochain pour la 3e édition de la marche mondiale contre la société Monsanto. A Grenoble le cortège s’élancera dès 14 h de la gare SNCF, passera par l’avenue Félix-Viallet et la place Victor-Hugo avant de rejoindre le Parc Paul-Mistral. La municipalité a donné son accord pour un village-marché des producteurs. Lancé en France en 2013 par le collectif citoyen « Les Engraineurs » et l’association Combat Monsanto, le mouvement entend fédérer des « citoyens informés et responsables qui participent à l’éveil des consciences citoyennes et écologiques, en partageant leur savoir et leur créativité afin que tous se réapproprient les biens communs contre les intérêts privés d’une minorité ».

Revendications multiples

Et les anti-Monsanto d’égrainer une longue liste de griefs à l’endroit de la firme américaine au premier rang de laquelle on trouve le fameux « Roundup », herbicide que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) qualifie de « probablement cancérogène ». Au-delà du cas Monsanto, c’est bien une certaine vision, un certain modèle de société mondiale qui est en question. Là où l’agrobusiness entend breveter et privatiser afin d’intensifier les rendements, les « antis » inscrivent la diversité génétique au patrimoine de l’humanité, mettent en avant le risque sanitaire d’un usage intensif d’OGM et s’opposent au projet de grand marché transatlantique, source à leurs yeux de déréglementation des normes sanitaires.

David Merle



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide