Fermer la publicité

Numérique - French Tech : opération séduction à Saint-Etienne

Loire le 17 octobre 2014 - Marine Graille - Tech et Médias - article lu 1185 fois

Numérique - French Tech : opération séduction à Saint-Etienne
David Moreau (à gauche) aura t-il été convaincu par les arguments de Gaël Perdriau (Sem) et d'André Mounier (CCI) ? (D.R.)

C'était l'effervescence mardi dernier au Mixeur de la Cité du design.

Une assistance composée d’élus, d’entrepreneurs, représentants de chambres consulaires, est venue accueillir la délégation d’experts French Tech.  Cette dernière, menée par David Monteau détaché du ministère délégué aux PME, à l’Innovation et à l’Economie numérique, est chargée d’effectuer un audit des agglomérations candidates à l’obtention du label French Tech.
L’occasion pour Gaël Perdriau, de vanter les qualités de l’agglomération qu’il préside. « Le numérique est déjà une réalité sur notre territoire puisque ce secteur représente environ 1,5 Md€ de chiffre d’affaires, 700 entreprises et plus de 10 000 emplois sur notre agglomération. » Pour se démarquer des 13 autres projets, Saint-Etienne Métropole (Sem) a axé sa candidature sur le new manufacturing (nouveau procédé de fabrication) et surtout le design. « Nous ambitionnons d’être le référent design dans la mission French Tech et ceci en réseau avec les autres sites labellisés », aspire le président Perdriau.
André Mounier, président de la Chambre de commerce et d’industrie Saint-Etienne/Montbrison, a quant à lui rappelé « les résultats probants de nos entreprises » qu’il explique en partie grâce à « la force de notre réseau » en évoquant la création du pôle métropolitain et le projet de CCI métropolitaine qui pourrait, à terme, voir le jour. « Je ne comprendrais pas Monsieur le directeur, que la candidature de Saint-Etienne ne soit pas retenue », a t-il conclu son discours.
David Monteau et le reste de la délégation, n’ont pas souhaité laisser transparaître leurs impressions après avoir rencontré un grand nombre de startups et les différents acteurs de la candidature qui vient d’ailleurs de franchir la barre « des 1 000 soutiens », annonce Métropole. « Je veux savoir quelle va être la stratégie de Saint-Etienne envers Lyon », avertit D. Monteau. Quatre agglomérations de Rhône-Alpes (Saint-Etienne, Lyon, Grenoble et Annecy) ont déposé une candidature de labellisation. Ce surnombre n’est selon lui « pas un handicap à priori », rappelant par ailleurs que le nombre d’agglomérations n’est pas limité : « il faut juste que la candidature respecte les critères ». D’ici début novembre, la première vague de labellisation devrait être dévoilée.

Marine Graille



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide