Fermer la publicité

Nucléaire : Bugey, le réacteur n°5 en question

Isère le 07 août 2014 - Caroline Thermoz-Liaudy - Actualités - article lu 769 fois

Nucléaire : Bugey, le réacteur n°5 en question
(D.R.)

La décision fait suite à la visite décennale, prévue en 2009, menée en 2011.

Depuis, le réacteur a fonctionné trois ans sans autorisation. « Lors de l’examen, une augmentation significative du taux de fuite de l’enceinte de confinement a été constatée, nécessitant un nouveau contrôle avant fin 2016 », précise l’association « Sortir du nucléaire Bugey ». Ce cylindre au toit sphérique en béton est la troisième et dernière barrière qui confine la radioactivité avant rejet dans l’environnement. Si les fuites perdurent, l’arrêt définitif pourrait s’ensuivre, d’autant que la fiabilité des éléments, dont la durée de vie est dépassée, du réacteur se poserait.

En 2013, 71 incidents, dont 12 classés (4 pour le réacteur n° 5) niveau 1 sur l’échelle internationale des événements nucléaires (INES, (incident nucléaire : niveaux 1 à 3, ou accident nucléaire: niveaux 4 à 7) sont dénombrés. L’alternateur de Bugey 5 a subi un incendie, la défaillance d’une vanne… Les fuites d’une autre ont déclenché le plan d’urgence interne… D’autres vannes présenteraient le même défaut. « Les faiblesses, voire les défauts relevés, sont censés ne pas entraîner d’accidents avant correction. Cela laisse rêveur dans un pays où le respect du contrôle technique d’une voiture est exigé sans retard », souligne-t-on à SDN.

L’ASN a fixé des travaux à réaliser entre 2014 et 2016. Ce réacteur est à l’arrêt pour un lifting chimique de ses générateurs de vapeur. Pourquoi ne pas faire les travaux à ce moment-là ? La sécurité des installations est-elle sacrifiée ? L’ASN a récemment soumis sa décision à une procédure de participation du public, sans publicité et reçu des centaines de réactions (indignation, critiques) de la population locale, régionale, de Suisse. Cette inquiétude grandissante face aux centrales nucléaires françaises vieillissantes pourrait conforter SDN Bugey dans sa demande de fermer rapidement des réacteurs du site de la centrale nucléaire de Bugey.

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide