Fermer la publicité

Nouveau développement de Siléane à Saint-Etienne

Loire le 01 avril 2014 - Denis Meynard - Actualités - article lu 1360 fois

Siléane, la PME stéphanoise qu’Hervé Henry a créée voici une douzaine d’années dans sa cuisine exposait pour la première fois une de ses réalisations au salon Innorobo, de Lyon, la semaine dernière.

Ancien directeur associé de Courbon, le dirigeant de cette entreprise a eu l’intuition qu’à l’instar de l’automobile, l’agroalimentaire allait se robotiser, mais avec la particularité que l’on est en présence de produits plus complexes car pas strictement identiques, avec notamment des formes géométriques et des densités variables.
« Nous créons des machines adaptatives pour l’automatisation du geste et la manipulation d’objets en prenant en compte les aléas liés à la nature des produits concernés et à leur environnement », explique le patron de cette PME fournisseuse de lignes d’une dizaine de robots aux industries ayant des exigences de cadences rapides. Siléane a développé principalement trois grandes familles de produits : Flowpick pour le packaging, Rovaldy pour l’accrochage de pièces en phase de traitement de surface et Kamido pour le tri parmi des objets en vrac. « Nous sommes actuellement sur des marchés de niche et il y a 4 ans en arrière l’agroalimentaire représentait 80 % de nos chiffres d’affaires », explique le patron de ce constructeur de machines qui sous-traite les activités d’usinage, de chaudronnerie, de câblage pour se concentrer sur la conception, l’assemblage et les essais.
Son chiffre d’affaires, constitué à 20 % par de la R&D pour ses clients, devrait atteindre 6 M€ en 2014. Il est en forte progression : 5,4 M€ l’an dernier, 4,2 M€ en 2012, 3,5 M€ en 2011, 2 M€ en 2010. Un des objectifs de la PME, qui pense approcher la centaine de salariés d’ici 2020, est de développer l’export pour qu’il représente d’ici quelques années la moitié de son activité, contre une dizaine de pourcents actuellement.

80 % d’ingénieurs

« L’effectif, qui vient d’atteindre 40 personnes, avec une moyenne d’âge de 29 ans, est constitué à 80 % d’ingénieurs », indique Hervé Henry, précisant qu’ « il faut environ trois ans pour les former à notre travail d’équipe réunissant des mécaniciens, des informaticiens experts en traitements d’images et des spécialistes de la robotique ».
Le dirigeant et désormais unique actionnaire de l’entreprise explique que les machines qu’il commercialise doivent offrir une adaptabilité à des produits différents, qu’il s’agisse de confiseries ou bien de flacons de parfums qui sont positionnés dans leurs emballage en sortie de fabrication, à un rythme élevé. Dans le domaine alimentaire, ses robots participent, par exemple, à la confection de tartes en positionnant au millimètre près des lamelles de pomme. Sur le fromage, ils prennent en compte la déformation de la matière au moment de la coupe pour conserver des parts de taille égale. Les caméras qui guident les bras du robot sont parfois associées à des lasers ou à une autre caméra qui scrute la position du réceptacle posé sur un tapis roulant.
La génération la plus récente de ces robots, Kamido, celle qui a été présentée au salon Innorobo, a pour principales applications la préparation de commandes à partir de pièces en vrac ou du fait de leur forme géométrique particulière, qu’il s’agisse de cuisses de poulet ou de pompes de flacons de parfum. Le tri des déchets, en vue de leur valorisation, constitue un autre important débouché pour l’avenir, avec des clients tels que Veolia ou Areva.

Denis Meynard

Extension de 1 000 m2 en 2014

En 2002, Saint-Etienne Automation (rebaptisée Siléane) a été créée en association avec une ex-filiale de Courbon située à Nantes. En 2005, Hervé Henry a racheté à son associé les 30 % du capital de l’entreprise qui quelques années plus tard a quitté le Technopôle pour le quartier du Pont de l’Ane, proche de l’A 72. Après une extension, en 2013, qui a porté sa surface à 1 500 m2, Siléane est en négociation avec l’Etablissement public d’aménagement de Saint-Etienne pour une acquisition foncière lui permettant de réaliser cette année une extension supplémentaire de 1 000 m2. Un investissement qu’Hervé Henry évalue « entre 1,5 et 2 M€ ».

D.M.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide