Fermer la publicité

Nord-Isère/Saint-Quentin-Fallavier La Capi soigne notre eau

Isère le 15 mars 2015 - Jacques Savoye - Nord-Isère - article lu 310 fois

Nord-Isère/Saint-Quentin-Fallavier  La Capi soigne notre eau
J.S. - La station d'épuration de Traffeyère à Saint-Quentin Fallavier sera rénovée et agrandie

Après avoir fait rénover et agrandir la station d'épuration de Bourgoin-Jallieu, la Communauté d'agglomération se penche sur celle de Traffeyere à Saint-Quentin Fallavier. Un projet de 17 M€.

Plus de 37 M€ : tel a été le coût de la rénovation et de l’extension de la station d’épuration de Bourgoin-Jallieu, aujourd’hui exploitée par la Lyonnaise des eaux.

Cet équipement, qui a récemment été visité par une délégation marocaine conduite par Mohammed Nabil Benabdallah, ministre de l’Habitat et de la politique de la ville du royaume chérifien, va servir de modèle à l’extension d’une autre station d’épuration : celle de Traffeyere à Saint-Quentin Fallavier. Un projet conçu à l’origine pour traiter les effluents de 125 000 habitants et qui a fait l’objet d’un accord des élus locaux en juin 2009. Mais, et face aux besoins exprimés par certains industriels, la communauté d’agglomération a dû revoir sa copie deux années plus tard, en juillet 2011.

L’affaire aurait sans doute déjà été engagée si la directive territoriale d’aménagement de l’aire métropolitaine n’avait pas été  modifiée, en 2012. Cette modification ne prévoit-elle pas l’agrandissement de la zone de Chesnes, sur 200 hectares vers le nord en direction de Satolas-et-Bonce ? Pour tenir compte de cette situation, et anticiper ces évolutions, il a donc été décidé de porter la capacité de la future station à 150 000 équivalents habitants par l’ajout d’un 3éme clarificateur. Une modification que la communauté d’agglomération a dû soumettre aux services de l’Etat dans le cadre de la loi sur l’eau. En réponse, les pouvoirs publics, soucieux de la qualité des rejets dans la Bourbre, ont demandé un meilleur traitement du phosphore.

Un ensemble d’éléments qui s’est traduit par une importante augmentation de l’enveloppe financière. Alors que, dans sa version initiale, l’extension de cette Step devait se chiffrer à 15 297 000 €, elle est estimée aujourd’hui à 17 M€. C’est sur cette base que les divers appels d’offres ont été lancés fin décembre dernier via la Société d’aménagement du Rhône aux Alpes. Le marché devrait être notifié en juillet prochain. Le calendrier prévoit la fin des travaux dans les premières semaines de 2018, la mise en service devant intervenir en mars 2018. Comme ce fut le cas pour la station de Bourgoin-Jallieu, l’agglo a sollicité, auprès de la Région Rhône-Alpes et de l’agence de l’eau,  des subventions susceptibles d’adoucir un tantinet la note que se partageront les utilisateurs via la redevance d’assainissement.
                                                                                          J.S.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide