Fermer la publicité

Nord-Isère-Capi : priorité à l'essentiel

Isère le 16 février 2015 - Eric SEVEYRAT - Nord-Isère - article lu 397 fois

Nord-Isère-Capi : priorité à l'essentiel
J.S. - - Daniel Gaude, maire de Châteauvillain, présentait le Débat d'orientation budgétaire.

Plus que jamais, l'heure est à la réflexion budgétaire à la Communauté d'agglomération Porte de l'Isère où plusieurs investissements ne sont plus prioritaires.

S’il décrochait le jackpot à l’Euromillion, Jean Papadopulo serait le plus heureux des présidents d’intercommunalités. En échange d’un investissement modeste, il résoudrait ainsi tous les problèmes de financement liés aux divers projets en gestation dans les dossiers de la Capi. Car si la programmation pluriannuelle d’investissement (elle va jusqu’en 2020) s’élève à 115 M€, à ce jour, la Communauté d’agglomération ne peut en assurer que 72. Une situation que l’on retrouve, certes dans de moindres proportions, pour l’exercice 2015. Ainsi, pour l’année de référence, ce ne sont pas moins de 80 projets individualisés qui ont été budgétés pour un total de 17, 673 825 €. Mais, et c’est là où le bât blesse, les possibilités de financement n’excèdent pas 12 M€. Les conseillers communautaires vont donc devoir faire des choix cornéliens entre les nombreux investissements en cours et ceux que l’on souhaite.

-	Du côté des élus communautaires de Saint-Quentin Fallavier et de Bourgoin-Jallieu.

 

 

 

 

 

 

 

Le futur conservatoire de musique et certains équipements nautiques sont du nombre. Leur réalisation pourrait donc être repoussée aux calendes grecques à moins d’un partenariat public-privé comme le soulignait Daniel Gaude, en charge d’animer le débat d’orientation budgétaire. Mais ce partenariat, certes tentant, présente quelques risques, Michel Rival (Nivolas-Vermelle) rappelant que le Centre hospitalier de Bourgoin-Jallieu, dont la réalisation résulte d’un tel partenariat, verse chaque mois 1,5 M€ au groupe Bouygues. Optimiser les recettes via la mutualisation présente donc des risques que les élus évalueront avant de la mettre en pratique. Reste que, s’agissant d’un partenariat public-privé, le recours au bail emphytéotique  pourrait se révéler préférable. Le président Jean Papadopulo n’a donc pu lancer qu’un appel à une gestion précautionneuse, précisant que la réduction des dépenses de gestion (il est demandé aux services de les réduire de 2%) ne pourra pas être prolongée indéfiniment. « Adapter et réfléchir » telle est sa formule. Alors que la modernisation de la gare S.N.C.F. de Bourgoin-Jallieu, dont la pose d’une passerelle pour relier les quais, est suspendue aux décisions de Réseau Ferré de France, la Capi a apporté son soutien aux notaires, dans le collimateur de la loi Macron, et au projet de construction  d’un collège dans la nouvelle commune d’Eclose-Badinières. Un projet que financerait le Conseil général.
                                                                                               J.S.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide