Fermer la publicité

Nord-Isère/Anthon-Le pari de la méthanisation

Isère le 02 janvier 2014 - Claire Thoinet - Actualités - article lu 1502 fois

Nord-Isère/Anthon-Le pari de la méthanisation
Les effluents d'élevage peuvent concourir à la méthanisation (© DR)

Le dossier, jugé abouti pour la direction départementale de la protection des populations (DDPP), est prêt pour l’enquête publique.

Pour le constituer, les associés cogérants ont pris le risque de financer des études nécessaires. « Etre deux sur un tel projet, c’est nécessaire. Nous travaillons avec notre partenaire. Le coût est énorme et il y a des difficultés de développement », précise Pierre Jargot. Avec Valterra, ils ont déjà créé Confluence amendements, plateforme de compostage à proximité qui collecte déchets verts, boues des stations d’épuration et les valorise. Les exploitations agricoles disposent là d’une alternative aux engrais d’origine minérale. « Le projet est agricole et territorial. D’autres déchets (verts, de restauration, grandes surfaces, de l’agroalimentaire) seront ajoutés. Un système de cogénération changera le gaz en électricité qui rejoindra le réseau », complète le cogérant. Ils ont présenté l’idée aux élus locaux avec une visite d’un site en Alsace. Enthousiastes, ils attendent en retour de voir maîtriser les nuisances. Le dossier les prend en compte (éloignement de la route, des habitations, traitement de l’air, stockages proches d’exploitations dans un rayon de 10 km…). Des emplois directs et indirects pourraient être générés. A l’heure actuelle, les produits qui méthanisent partent en Belgique. Ce n’est que la première étape. La seconde sera plus onéreuse. Les associés devront trouver les financements, espérant aussi être aidés s’ils sont retenus. Le projet s’inscrit dans une logique verte. Les sols produisent des cultures qui nourrissent les animaux. Leurs excréments fertilisent les terres, mais libèrent du méthane qui concourt aux gaz à effet de serre. Avec 800 bovins, les associés ont de quoi faire, d’autant que d’autres exploitations sont intéressées.


Claire Thoinet



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide