Fermer la publicité

BD : Nefer, les cieux de la destinée

Isère le 30 novembre 2015 - Laurent Marchandiau - Livres - article lu 273 fois

BD : Nefer, les cieux de la destinée
Laurent Marchandiau - Arnaud Boutle lors de la promotion de Nefer à BD Fugue Café Grenoble.

Moins sombre que son précédent opus « Entre les ombres », « Nefer, chants et contes des premières terres » de l'auteur isérois Arnaud Boutle, est une invitation au voyage. Un voyage initiatique, qui ne laisse pas indifférent, dans un monde empruntant tant aux contes africains qu'à différents mythes.

Cinq ans après son dernier « one shot » (sans suite) - Entre les Ombres - l’auteur isérois Arnaud Boutle récidive avec Nefer, chants et contes des premières terres. Alors que son dernier album s’ancrait dans un monde post apocalyptique, Nefer se démarque clairement avec un trait plus fin où la dimension esthétique prend le pas sur le mouvement et la sensibilité. La mise en couleur chaleureuse, quasi sensuelle procure à cette BD volumineuse (152 pages !), une ambiance envoûtante, presque contemplative, ou l’on suit agréablement, la quête initiatique d’une jeune princesse, Nefer, fuyant la barbarie de son époux, le roi Tsanghir. Un voyage périlleux qui l’emmènera à travers tout un continent où se mêlent des peuples oubliés, des cités caravanières jusqu’à des paysages hostiles.

Dans un monde où les Anciens, ces Êtres-Totems d’argile, dépositaires de connaissances millénaires, se meurent et quittent leur vallée secrète pour rejoindre la Montagne sacrée, Nefer mêle contes africains et divers mythes. « J’ai voulu faire des histoires dans l’histoire en créant un joli monde de jeux de rôle en prenant à contre-pied ce que l’on retrouve dans les ouvrages d’Heroic Fantasy », confie Arnaud Boutle. Ici, nulle référence aux mythes nordiques si chers à Tolkien. Le récit emprunte, entre autres, aux légendes  africaines teintées de chamanisme : « Je voulais faire autre chose que de l’héroic Fantasy classique. L’art sacré africain, les cultures aborigènes : cela m’inspiraient. » Les personnages évoluent vers un destin qui semble inéluctable. L’agencement des cases reste classique, le scénario nettement moins. En somme, un conte initiatique qui marquera les esprits tandis qu’Arnaud Boutle planche déjà sur un autre projet de « one shot » qui prendra place dans l’univers de Nefer avec des personnages et une histoire inédite.

Laurent Marchandiau

Nefer, Chants et contes des premières terres, Arnaud Boutle, Delcourt, 152 p., 23,95 €.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide