Fermer la publicité

Mycloudoffice veut simplifier la gestion des postes informatiques

Loire le 23 octobre 2014 - Mathieu Ozanam - Actualités - article lu 639 fois

Mycloudoffice veut simplifier la gestion des postes informatiques
Mycloudoffice est la marque du service de bureau en ligne proposé par les trois jeunes entrepreneurs (D.R.)

« Nous voulons aller vite car nous pensons que nous avons une fenêtre de tir de 18 mois.

Nous sommes les seuls sur la France, dans ces conditions et à ce prix. » Qui a dit que le goût et la possibilité d’entreprendre se perdait en France ? Pas Alexandre Jean, le directeur commercial de By My Cloud. Avec Thierry et Fabienne Veyre, ils se sont associés pour créer en mai 2014 leur toute jeune société après une dizaine d’années d’expérience dans des entreprises prestataires de servies informatiques traditionnels. « Nous avons fait le constat que le système proposé n’est plus viable, l’avenir de notre métier c’est d’avoir un outil disponible. »
Mycloudoffice est la marque du service de bureau en ligne proposé par les trois jeunes entrepreneurs. Il repose comme son nom l’indique sur le cloud computing, autrement dit l’hébergement des ressources informatiques (systèmes d’exploitation et fichiers) chez un prestataire externe et non plus au sein de l’entreprise. Mycloudoffice est un poste informatique virtuel. L’utilisateur dispose d’un client léger, un boîtier ressemblant à un disque dur externe qui contient une application permettant la connexion instantanée à son environnement bureautique, avec un logiciel maison. « Cela remplace le bon vieux serveur des PME qu’il faut entretenir. La véritable innovation c’est le prix auquel nous proposons ce service : le prix moyen est de 59 € par mois et par utilisateur et sans engagement », expose Alexandre Jean. Des tarifs agressifs pour s’imposer sur le marché des PME-PMI-TPE en offrant une modularité. En cas de baisse d’activité, l’entreprise peut adapter le nombre de postes de travail équipés. Autre avantage pour les entreprises : elles disposent des dernières mises à jour des logiciels et sont en conformité avec les contrats de licences. Selon une étude IDC-Flexera Software, 85 % des entreprises ne respecteraient pas leurs obligations en la matière.
Avec une mise de fonds de 76 000 €, les trois associés de By My Cloud souhaitent être présents dans 25 départements métropolitains avec une moyenne de deux revendeurs de leur solution. Ils visent en juin 2015 le seuil de 1 000 abonnements à leur service.

Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide