Fermer la publicité

Musique - L’Eoc enregistre Mahler

Loire le 11 décembre 2014 - Daniel Brignon - Culture - article lu 262 fois

Musique - L’Eoc enregistre Mahler
Pendant la résidence dans le cadre historique du château de Bouthéon (D.R.)

L’Ensemble orchestral contemporain, fondé par Daniel Kawka a vu le jour en 1992 à Andrézieux-Bouthéon, sa première résidence où la municipalité a accompagné ses premiers pas, avant qu’il ne soit porté à un plus haut niveau de reconnaissance.

En signe de fidélité la Ville l’a à nouveau reçu pour une courte résidence au château de Bouthéon, du 4 au 6 décembre pour réaliser son douzième enregistrement discographique.
« On n’enregistre pas pour enregistrer, explique Daniel Kawka. C’est l’aboutissement d’un travail. Après avoir joué longuement une œuvre, une dizaine de fois pendant quatre ou cinq ans, on sent que quelque chose est mûr et s’impose la nécessité de produire. »  
Plus classique que le répertoire habituel de l’EOC tourné vers la création contemporaine, l’œuvre de Mahler, appartient bien au XXe siècle que veut par ailleurs parcourir l’ensemble. Tout juste d’ailleurs puisque la 4e symphonie de Mahler a été créée en 1901. Elle est présentée par l’EOC dans une version réorchestrée pour une formation chambriste par Erwin Stein en 1921. Une transcription historique, précise Daniel Kawka, qui avait été commandée par Arnold Schönberg pour une saison de concerts de musique de chambre autour des grandes œuvres du répertoire dans les années 1920.
« Le défi pour l’orchestre est de restituer dans une formation chambriste à 12 musiciens l’amplitude et le souffle d’une symphonie interprétée à 100 musiciens, explique le chef d’orchestre. Toute l’aventure consiste à trouver l’esprit, garder la ligne ce que nous cherchons à atteindre dans cette résidence d‘enregistrement. »
Daniel Kawka a fait appel pour cet enregistrement au preneur de son Ingo Schmidt-Lucas de la maison allemande HD Klassik qui devrait être aussi l’éditeur de l’EOC pour cette œuvre. Elle sera certainement attendue par la critique internationale qui avait salué le dernier disque Au plus haut des cieux, deux symphonies de chambre d’Edison Denisov. Le quotidien britannique The Gardian l’avait classé dans les 30 premiers enregistrements mondiaux toutes musiques confondues de l’année 2012. Cette distinction faisait suite au Diapason d’or du magazine éponyme obtenu en 2009 pour l’enregistrement des Météores d’Hugues Dufourt. A suivre donc.

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide