Fermer la publicité

Municipales à Saint-Etienne : Deux anciens ministres pour soutenir Gaël Perdriau

Loire le 18 mars 2014 - Mathieu Ozanam - Agglomération stéphanoise - article lu 1731 fois

Municipales à Saint-Etienne : Deux anciens ministres pour soutenir Gaël Perdriau
Hervé Morin et Laurent Wauquiez étaient à Saint-Etienne mardi 18 mars pour apporter leur soutien au candidat UMP-UDI-MoDem Gaël Perdriau.

Pour son dernier meeting d’avant premier tour, le candidat d’union de la droite et du centre Gaël Perdriau a reçu le soutien de deux anciens ministres : Laurent Wauquiez, ministre chargé des Affaires européennes, puis de l’Enseignement supérieur et de la recherche, et Hervé Morin, ancien ministre de la Défense de 2007 à 2010.

Un duo sur mesure pour appuyer le ticket Perdriau-Artigues de la liste « Provoquons l’avenir » qui s’est affirmé tout au long de la campagne de proximité dans 26 quartiers. Laurent Wauquiez est vice-président de l’UMP tandis qu’Hervé Morin est président du conseil national de l’UDI.

« Nous avons réussi une union parfaite qiu a mis toute l’organisation nécessaire pour construire cette union, a déclaré Hervé Morin. Gaël Perdriau n’a pas cherché à exclure. Un maire est un chef de tribu, il doit rassembler. Je pars de l’idée qu’il faut trouver celui qui est le plus fort pour être en position de gagner. Il a été décidé que ce serait lui et je remercie Gilles de l’avoir accepté. Il est important d’avoir une dynamique de 1er tour car c’est alors que l’on gagne le 2e tour. Pour Laurent Wauquiez : « Gaël et Gilles donnent une bonne image d’équipe. Il y a une belle dynamique qui se crée. »

Un maire sortant... socialiste

La présence des deux anciens ministres est également une façon de nationaliser la campagne des municipales. « Maurice Vincent a soutenu François Hollande, le président de la République le plus médiocre que la France ait eu depuis 1968. Je veux rappeler à ces hommes qui la planquent leur appartenance politique », a tancé Hervé Morin. « Maurice Vincent a fait parler de Saint-Etienne pour son surendettement, a surrenchéri Laurent Wauquiez. C’est cela que l’on veut donner comme image de Saint-Etienne ? Ce qui me fait mal au cœur, c’est de voir Saint-Etienne décrocher. Nous sommes à un moment où il faut sauver Saint-Etienne. »

L’impasse du FN

Face au risque annoncé d’une abstention importante, Hervé Morin estime que « les Français ont une nausée pure et sans doute rarement atteinte du spectacle que nous, de la sphère politique nationale, donnons. » Mais face au niveau du Front national estimé par les instituts de sondage, il met les électeurs en garde : « il n’y a pas de chemin à travers le Front national », tout en assurant que « la meilleure chance pour le maire sortant, c’est le FN. »

Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide