Fermer la publicité

Municipales : Michel Destot : « Tout peut m’intéresser »

Isère le 23 janvier 2014 - Caroline Thermoz-Liaudy - Région grenobloise - article lu 416 fois

Municipales : Michel Destot : « Tout peut m’intéresser »
Jean-Paul Angot, directeur de la MC2, accueillait Michel Destot dans ses bâtiments pour la dernière cérémonie des voeux à la presse (D.R.)

Cette fois, le cérémonial des vœux à la presse de Michel Destot, maire de Grenoble depuis 1995, avait quelque chose de particulier.

Cette fois, ce seront les derniers, l’actuel maire de la capitale des Alpes ne se représentant pas lors du scrutin de mars prochain. Lors de son discours d’une trentaine de minutes devant les journalistes locaux, comme lors des échanges, ses propos étaient peut-être un peu plus empreints d’expériences personnelles, de vécu…
Dès ses premiers mots, le discours du maire a été marqué par deux points forts : l’identité culturelle et l’engagement politique. « J’ai passé 19 ans au service de la réduction des inégalités […] Grenoble est une ville ouverte sur le monde en des temps de repli sur soi. » Il n’en a pas fallu moins pour inviter Dieudonné dans le dialogue : « On ne doit pas le combattre seulement sur le plan juridique. Il faut aussi le combattre politiquement ! » Et voilà une transition toute trouvée pour parler d’engagement politique, à travers le rappel de ses rencontres avec Stéphane Hessel ou Nelson Mandela, deux grands hommes qui nous ont quitté en 2013.
Puis Michel Destot a évoqué les nouveautés attendues en 2014 dans la ville (tram E, Presqu’île…), et la capacité de Grenoble à aider la France dans le monde du développement économique… Mais la curiosité des journalistes était ailleurs… La seule question qui comptait : « Et après ? Quels projets à partir du 24 mars ? » Réponse : « j’aiderai ma ville et mon pays sous d’autres formes. » Et s’il réserve à Jérôme Safar,  « dont je crois très honnêtement à la victoire » précise-t-il, le pouvoir de dévoiler les noms qui figureront sur la liste PS, on devine que celui de Destot pourrait figurer… A la question de savoir si la tête de la future métropole l’intéresse, il répond : « Tout peut m’intéresser », en précisant tout de même : « Cette chance exceptionnelle qu’est la métropole, pour laquelle j’ai beaucoup œuvré, c’est l’affaire des 10 à 20 prochaines années et je ne m’engagerai pas sur 10, 15, ou 20 ans. J’ai acquis à Grenoble une expérience qui peut être utile à la France comme à l’international.»
Après l’échange avec la presse dans la matinée, le maire de Grenoble s’adressait en soirée aux grenoblois dans un palais des sports qui affichait complet pour également assister au concert des musiciens du Louvre de Grenoble dirigés par Marc Minkowski. Dans ses propos, encore des mots pour la future métropole, mais aussi des remerciements à ses équipes.

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide