Fermer la publicité

Municipales : Hubert Patural s’affiche

Loire le 14 janvier 2014 - Daniel Brignon - Agglomération stéphanoise - article lu 1434 fois

Municipales : Hubert Patural s’affiche
Le candidat aux municipales de Saint-Etienne, Hubert Patural, tête d'une liste intitulée « Saint-Etienne, c'est capital », a installé sa permanence de campagne dans les locaux de l'immeuble La Martre de France, en plein centre de la ville, avenue de la Libération où s'étale sur 10 m de long et 2,50 m de haut un portrait en grand format, premier état d'une campagne qu'il veut percutante.

Ces locaux sont ceux-là mêmes où sa mère Marie-Thérèse Patural tenait campagne il y a trente ans au sein de la liste de Christian Bail qui avait fusionné avec la liste de François Dubanchet au 2e tour des municipales de 1983.

Ces locaux sont ceux-là mêmes où sa mère Marie-Thérèse Patural tenait campagne il y a trente ans au sein de la liste de Christian Bail qui avait fusionné avec la liste de François Dubanchet au 2e tour des municipales de 1983. Pour le candidat Hubert Patural « pas de ralliement » en revanche envisagé cette fois au 2e tour, affirme-t-il, « avec les listes de droite de Peyrecave ou de Perdriau. Je suis un général, je ne me rallie pas à un brancardier au un cantiner », aime à répéter le candidat de la Droite sociétale.

L’objectif avoué d’Hubert Patural est d’arriver au 1er tour « en pôle position des listes de droite, pour me confronter au 2e tour dans un duel avec Maurice Vincent ».

Quant à son programme, le « candidat du bon sens et de la pratique », tel qu’il s’affiche, il sera décliné au cours de réunions publiques qu’il a entrepris de conduire dans différents bars et restaurants de la ville au rythme de trois par semaine.

Il affiche trois axes essentiels : « attractivité du territoire stéphanois pour favoriser l’implantation d’investisseurs et le développement des entreprises », « vivre paisiblement à Saint-Etienne », « redorer l’identité stéphanoise et imposer l’autorité de Saint-Etienne en Rhône-Alpes et en Auvergne ».

Daniel Brignon




À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide