Fermer la publicité

Municipales à Grenoble : les candidats interpellés sur le mal logement

Isère le 25 janvier 2014 - Caroline Thermoz-Liaudy - Région grenobloise - article lu 734 fois

Municipales à Grenoble : les candidats interpellés sur le mal logement
Les 5 candidats présents à la mairie de Grenoble ont signé un serment d'engagement en faveur du logement (D.R.)

C’est une invitation peu ordinaire à laquelle a répondu un large échantillon de candidats à la mairie de Grenoble.

Le 16 janvier, à l’auditorium du musée, MM. Chamussy (UMP), De Longevialle (Divers centre), Bonzy (Divers droite), Safar (PS) et Piolle (EELV) (seule manquait Mme D’Ornano, FN), étaient invités par la fondation Abbé-Pierre pour écouter les vœux 2014 des mal-logés. Une réunion née de la volonté des acteurs associatifs de s’inviter dans le débat municipal pour rappeler un des fondements de la République : « La participation de tous au débat. « Nous n’établirons pas le nouveau plan logement du prochain mandat, mais c’est  un moment important de rassemblement »  promettait l’invitation.
Marc Uhry, directeur régional de la fondation Abbé-Pierre, a débuté la soirée par la projection d’un film tourné avec les bénéficiaires de centres de jour de l’Isère, de la Loire et du Rhône. Vidéo dans laquelle quelques bonnes interpellations ont certainement piqué les candidats : « Je me souhaite un logement, autant que je vous souhaite d’être élu grâce à ma voix, que je vous demande d’entendre avant de la compter ». Ou encore : « Je vous souhaite en ces temps froids d’avoir un bouton de radiateur à tourner pour vous réchauffer, plutôt qu’un bouchon de bouteille de vin à dévisser ». Chaque mot avait donc un poids ce soir-là, surtout dans la deuxième partie de soirée, où les mal-logés sont montés sur scène pour interpeller les candidats de vive voix, yeux dans les yeux. D’abord une femme de 60 ans, expulsée de chez elle avec son fils, puis une association de femmes mal logées qui ont dénoncé le non-respect de la loi Dalo, les logements accessibles en termes de prix mais complètement insalubres, ou la violence subie et l’insécurité des femmes seules et sans logement.
Marc Uhry a tout de même voulu terminer la soirée sur une note positive : « Nous sommes dans une situation difficile mais pas insurmontable par rapport à d’autres moments de l’histoire. »
Avant de s’en aller, les candidats ont dû s’impliquer et signer un serment d’engagement pour le logement. Tous les candidats présents sont donc montés sur scène pour une signature et une photo souvenir.

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide