Fermer la publicité

Montrond-les-Bains : La Poularde attend son repreneur

Loire le 27 juillet 2015 - Denis Meynard - Services - article lu 1465 fois

Montrond-les-Bains : La Poularde attend son repreneur
© Georges Rivoire - Montrond-les-Bains saura-t-elle conserver le principal établissement gastronomique du Forez, après le départ du Neuvième

Trois ans après son changement de chef et de propriétaire, l'institution gastronomique forézienne a été placée en liquidation.

Un mauvais mois de juin aura eu raison de La Poularde, le restaurant dont la santé financière était fragile, au point qu’il avait été déclaré en cessation de paiement, en février, devant le tribunal de commerce de Saint-Etienne. Ses dirigeants, Charles-Edouard Beraud, originaire de Chambles, et le chef Stéphane Coffy, qui avaient repris l’affaire en 2012, s’estimaient pourtant confiants dans leur capacité à présenter un plan de continuation. Ils n’en auront finalement pas la possibilité, après la liquidation judiciaire prononcée ce 22 juillet. Et c’est dimanche dernier qu’a été organisé l’ultime service dans ce site gastronomique rendu célèbre par ses sommeliers et chefs réputés. Dont Joannès Randoing et Gilles Étéocle qui l’ont dirigé pendant un demi-siècle. Une période au cours de laquelle il fut distingué 33 années de suite par trois étoiles au guide Michelin.

Les manifestations d’intérêt apparues ces derniers mois pour l’établissement de la ville thermale, qui compte aussi un hôtel de 13 chambres, ont conduit le tribunal à autoriser des candidats au dépôt d’une offre de reprise devant le mandataire liquidateur d’ici le 10 septembre. Parmi eux figurait la famille stéphanoise d’industriels de l’agroalimentaire Despinasse, qui a repris en 2011 et réalisé d’importants investissements dans l’hôtel-restaurant La Charpinière, à Saint-Galmier. « Cela permettrait à la quinzaine de salariés, une vingtaine avec les apprentis et les stagiaires, d’être repris (…) c’est mon souhait le plus cher », souligne Charles-Edouard Beraud, ex-gérant et actionnaire majoritaire avec sa famille, qui confie : « je ne pense pas que La Poularde va disparaître ». L’établissement, dont les jeunes actionnaires s’étaient rendus propriétaires du fond de commerce pour 600 000 €, tandis que les murs étaient loués à Gilles et Monique Étéocle, a réalisé ces deux dernières années un chiffre d’affaires compris entre 1,2 et 1,3 M€.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide