Fermer la publicité

Montbrison - Pourquoi l'élection de Christophe Bazile n'est pas surprenante…

Loire le 03 avril 2014 - Louis Thubert - Forez - article lu 978 fois

Montbrison - Pourquoi l'élection de Christophe Bazile n'est pas surprenante…
Christophe Bazile, non encarté mais soutenu par l'UMP, l'UDI et le Modem, a réuni 53,21 % des suffrages au 2e tour (© LT)

53 % pour « Ensemble réussir l'avenir », et moins de 40 % pour « Montbrison-Moingt, Proche Active Innovante ».

Les résultats des élections à Montbrison ont été sévères pour l'équipe sortante. D'autant plus lorsqu'on songe qu'en 2008, la liste conduite par Liliane Faure avait recueilli 51,40 % des suffrages à Montbrison, et celle de Pierre Clairet, 54,45 % à Moingt.
Mais il ne faut pas oublier que le contexte était différent il y a six ans, tant au niveau national que local. En 2008, le parti socialiste avait réalisé de bons scores aux municipales, l'UMP étant associé à Nicolas Sarkozy. Et la droite forézienne est divisée : Philippe Weyne, maire depuis 1995 sous l'étiquette divers droite puis UMP, ne se représente pas. « Réunir pour réussir », la liste de la majorité (sur laquelle se présentait, à l'époque, Christophe Bazile) est alors conduite par Corinne Richard, première présidente de l'agglomération Loire Forez.
Face à la majorité de l'époque, en plus de Liliane Faure, on trouve Alain Gauthier et sa liste divers droite « Partageons l'idée de l'avenir ». Il fera 15,44 %, et « Réunir pour réussir », 28,44 %. En 2014, Alain Gauthier a rejoint la liste « Ensemble réussir l'avenir ». L'abstention semble aussi avoir profité à Liliane Faure à l'époque : 39 %, contre 32 % pour le scrutin du 30 mars. Les électeurs montbrisonnais de droite étaient donc au rendez-vous en 2014, là où ils avaient fait défaut à la majorité sortante en 2008.
Sauf en 2012, où elle a voté à 52 % pour François Hollande à la présidentielle puis à 53 % pour Liliane Faure aux législatives (Paul Salen ayant tout de même été élu sur la 6e circonscription comprenant Montbrison), la ville reste plutôt de droite. 51 % pour Nicolas Sarkozy en 2007, 47 % pour Jean-François Chossy, candidat UMP des législatives 2007. Et avant, 17 % pour Jacques Chirac, le fameux 21 avril 2002, contre 14 % pour Lionel Jospin, que la moyenne nationale mettait à 16 %
Liliane Faure semble aussi avoir été victime de certains de ces projets. Le déménagement du cinéma Le Rex, du centre-ville aux Jacquins, voulu par le maire socialiste, a été le cheval de bataille d' « Ensemble réussir l'avenir » qui y était fermement opposé. « La justice doit se prononcer sur ce sujet le 10 avril », a déclaré Christophe Bazile, qui espère bien que la décision rendue sera l'annulation du projet. Face à des adversaires unis et dans un contexte national défavorable, le rejet du programme de Liliane Faure par les électeurs n'aura été qu'un clou de plus dans le cercueil de sa réélection.

Louis Thubert



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide