Fermer la publicité

Montbrison débat du budget 2016

Loire le 30 novembre 2015 - Louis Thubert - Forez - article lu 154 fois

Montbrison débat du budget 2016
Louis Thubert - Alain Gauthier et Christophe Bazile, lors du conseil du 26 novembre.

Le conseil municipal de Montbrison a débattu du budget pour 2016. A cette occasion, majorité et opposition se sont affrontés sur le bilan de l'équipe précédente et sur le dossier du cinéma, qui continue à faire parler de lui.

« C'est un moment important dans l'année municipale », a déclaré, en guise d'introduction, Christophe Bazile, maire de Montbrison-Moingt. Le conseil municipal a tenu son débat d'orientation budgétaire (Dob) pour l'année 2016 lors de la séance du 26 novembre.

Ce document trace les grandes lignes du budget municipal pour l'année à venir, en attendant qu'il soit affiné. « Le contexte financier et économique reste difficile pour la zone euro. La croissance est poussive en France, et le taux de chômage élevé », a expliqué Alain Gauthier, adjoint en charge des finances, qui a ajouté que, sur une durée de trois ans, les collectivités territoriales devaient participer à l'effort budgétaire de l'Etat pour un montant de 11 Md€. Pour Montbrison, cela se traduit par une baisse des dotations de l'Etat, qui affecte l'excédent budgétaire ainsi que l'épargne nette (même si celle-ci reste positive).

« Stabiliser la masse salariale sera une nécessité »

« Il y a une exaspération du contribuable, d'où notre décision de ne pas augmenter les taux des impôts locaux pendant ce mandat », a revendiqué Alain Gauthier. Pendant ce temps, les dépenses augmentent : l'élu s'attend à une hausse de la masse salariale et des coûts de fonctionnement, notamment avec la réforme des rythmes scolaires. Alain Gauthier prévoit un accroissement de 6 % des charges de fonctionnement. « Stabiliser la masse salariale sera une nécessité », a-t-il estimé. L'adjoint était incapable, par contre, de préciser dans quelle mesure les départs à la retraite d'agents municipaux seraient remplacés. En totalité, en partie, pas du tout ? Sur ce point, rien n'est sûr actuellement. La mutualisation des moyens avec la communauté d'agglomération Loire Forez devrait, elle, commencer à porter ses fruits en 2016.

Côté investissements, Alain Gauthier a tenu à signaler la construction du groupe scolaire Brillé et le lancement des travaux de restauration de la chapelle Sainte-Eugénie, avenue thermale. Sylviane Lassablière, ancienne adjointe aux finances lors du mandat de Liliane Faure, maire précédente, et membre du groupe d'opposition de gauche, s'est élevée contre le bilan présenté par Alain Gauthier. « Les baisses de dotations sont là pour inciter les communes à faire des économies », a-t-elle avancé, avant de s'en prendre à la gestion du dossier du cinéma Rex par l'équipe actuelle. « 420 000 € dépensés (le prix de l'arrêt du chantier initié par Liliane Faure, NDLR) alors que le projet se fait aux Jacquins, où sont les économies ? »

« Vous ne manquez pas de toupet, lui a rétorqué Christophe Bazile. Vous critiquez l'endettement actuel mais vous aviez prévu 25 M€ d'investissements ! », a-t-il lancé, avant de pointer le coût de 6 M€ du Rex aux Jacquins, tel que le souhaitait la majorité municipale d'avant 2014. Le déménagement du cinéma, qui avait agité la campagne des municipales, n'est pas enterré tout de suite.

Montbrison contre le schéma intercommunal du préfet

Suite à la révélation du projet préfectoral pour les intercommunalités du centre du département le 9 octobre dernier, les différentes municipalités concernées sont amenées à voter. Sans grande surprise, les élus montbrisonnais se sont prononcés contre ce projet qui coupe la zone entre Roanne au Nord et Saint-Etienne au Sud en deux entités, de part et d'autre de la Loire. La Ville évoque : « un risque d'affaiblissement de l'ensemble du territoire forézien ».

Un partenariat avec les associations pour les rythmes scolaires

Dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, Montbrison-Moingt a signé une convention avec différentes associations sportives et culturelles de la Ville ou des environs. Les 10 structures concernées toucheront également des subventions, à raison de 30 € par heure d'activité, pour un total de 1 950 €.

Participation à la construction d'un crématorium

Dans le cadre de la Communauté d'agglomération Loire Forez (Calf), la Ville va transférer sa compétence création et gestion de crématorium à la Calf. Celle-ci participera financièrement à l'édification d'un nouveau crématorium, l'actuel, dépendant de Saint-Etienne Métropole (Sem), étant obsolète. Le coût pour la Calf serait entre 400 000 € et 425 000 € sur un budget total de 7 M€.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide