Fermer la publicité

Ce jeune Roannais a découvert sa vocation : musher en Finlande !

Loire le 16 décembre 2016 - Louis Pralus - Roannais - article lu 54 fois

Ce jeune Roannais a découvert sa vocation : musher en Finlande !
Louis Pralus - Jules Cardenas avec Agnès Coppéré, chargée de la mobilité internationale

La mission locale de Roanne accompagne les jeunes de 16 à 25 ans sortis du système scolaire mais peut aussi leur ouvrir des possibilités de formation à l'étranger.

Jules Cardenas, originaire de Perreux, ancien élève de Jules-Ferry puis du lycée Saint-Paul, a arrêté ses études après l'obtention de son bac scientifique. Il aimait le sport, le travail des mains et enchaînait les petits boulots jusqu'au jour où la mission locale lui a apporté une solution. A travers son dispositif  « mobilité internationale  », elle lui a proposé un service civique en Finlande, dans la société Territoire du nord, agence spécialisée dans les raids en chiens de traîneaux.

Jules Cardenas rêvait de pays comme le Tibet et la Sibérie. Du 5 janvier au 5 avril dernier, il a découvert le froid de Finlande et le métier d'aide-musher (conducteur de chiens de traîneaux). Il a été hébergé en woofing, à savoir le gîte et le couvert offerts en échange d'un travail. Jules n'avait pas d'autre rémunération que la solde du travail civique. Le métier et le pays lui ont beaucoup plu, « même s'il fallait être disponible tout le temps pour les 95 chiens et les clients des randonnées à traîneaux ».

Il est reparti de juin à novembre, non pas en service civique mais en contrat de travail. Il a assimilé les techniques pour se faire obéir des chiens, y compris celles de leur mordre l'oreille et de leur mettre une tape sur le nez. Désormais, il en est sûr, ce métier est sa vocation : il sera musher en Finlande.

Il y est déjà reparti pour cinq mois et demi. Il a créé sa micro-entreprise et vendra ses prestations. Il sait qu'il n'aura pas de congés dans la semaine et sera au service des chiens 24 h/24. Il aura 20 ans en janvier. Il a adopté un petit chien nommé Igor. Son amie et ses parents sont venus sur place et ont été enchantés. Son père a même l'idée d'organiser là-bas des sorties pour personnes porteuses de handicap.

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide