Fermer la publicité

Miss Rhône-Alpes des podiums aux chantiers du BTP

Isère le 14 janvier 2015 - Eric SEVEYRAT - Immobilier et BTP - article lu 1231 fois

Miss Rhône-Alpes des podiums aux chantiers du BTP

Les souliers à talons hauts, les ongles faits, le maquillage et la coiffure impeccables font ils bon ménage avec les métiers du bâtiment ? Aurore Thibaud, Miss Rhône-Alpes 2015, originaire de Fontaine (Isère) prouve qu'il est possible de conjuguer une féminité sophistiquée avec un secteur d'activité réputé « fait » pour les hommes. Explications.

Elue le 26 octobre dernier miss Rhône-Alpes, Aurore Thibaud a vécu la préparation du concours miss France, puis l’effervescence du 6 décembre dernier sur la scène du Zénith d’Orléans : « Miss France, c’est un mois complet de préparation, à se lever tôt vers 6h et se coucher parfois à 2 h du matin, ce sont des déplacements, des voyages, mais aussi une expérience inoubliable ! »

A la fin 2015, Miss Rhône-Alpes retournera  dans l’anonymat (ou presque), mais en ce moment, elle est demandée pour représenter la région un peu partout, comme tout dernièrement lors des vœux du président de la région Jean-Jack Queyranne, à Lyon : « Par chance, les sollicitations sont souvent le week-end… » indique Aurore, 20 ans, en troisième année de l’Isco (Institut supérieur de la construction) à Grenoble. » « Mon rêve de petite fille n’était pas de paillette et de maquillage. Un jour, des intervenants en classe étaient venus nous expliquer les conditions d’enseignement des enfants démunis dans certains pays d’Afrique, j’ai toujours eu envie de leur construire des écoles ! Je n’ai pas quitté cette idée (…) ».

Mais un jour, sur l’insistance d’un ami,  elle s’inscrit au concours Miss Isère 2013. Elle finit troisième Dauphine pour finalement s’imposer Miss Rhône-Alpes 2014. C’est donc assez naturellement qu’elle mène de front à l’automne dernier la préparation du concours miss France, avec les études et le travail en entreprise en alternance. Jusqu’à s’absenter un mois  en novembre, avec la bénédiction de son école et de son patron : « J’ai eu la chance de tomber sur des gens extrêmement compréhensifs qui  m’ont encouragée dans cette expérience. » Aurore est en troisième année post-bac, en apprentissage du métier de pilote de chantier, un poste en lien avec les architectes et les différents corps de métiers du bâtiment. Parallèlement, elle travaille en alternance chez Privatys, une entreprise d’agencement de magasin de luxe de Voiron : « On nous livre un bâtiment à l’état de gros œuvre terminé, qu’il faut équiper de fond en comble, de l’électricité à l’aménagement… »

Ce type d’activité correspond bien à ce que je souhaiterais faire. Cependant, Aurore n’a pas encore pris sa décision au sujet de la poursuite de ses études, qui peuvent se prolonger par une licence ou un master, après son diplôme de responsable technique du BTP : « Avec le concours miss France, j’ai eu des propositions d’emplois sérieuses  (et d’autres moins sérieuses) dans le bâtiment, car il faut dire que les filles sont rares dans le secteur. Explique miss Rhône-Alpes. Toutefois les employeurs sont en demande de main d’œuvre féminine.»

Eric Séveyrat



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide