Fermer la publicité

Miribel-Jonage valorise son agriculture

Rhône le 15 mai 2015 - A. G.-P. - Sciences, Santé, Environnement - article lu 402 fois

Miribel-Jonage valorise son agriculture
D.R. - Les premiers signataires de la charte

Pour valoriser sa politique agricole, le Grand Parc de Miribel-Jonage lance son label qualité et signe une charte avec ses premiers partenaires, des agriculteurs, producteurs et distributeurs adeptes de la démarche bio et locale.

Au-delà des animations de sport et nature, le Grand Parc de Miribel Jonage s’investit depuis déjà longtemps dans le développement de son territoire agricole. Il souhaite désormais se positionner comme un modèle pour l’agriculture de demain et affiche la volonté de promouvoir l’agriculture biologique et de développer les circuits courts (moins de 100 km entre l’approvisionnement et la consommation).

Avec 400 hectares de terres cultivées et 100 hectares de pâturages entretenus par 15 agriculteurs, soient près de 25 % de son territoire, le Grand Parc est une véritable terre agricole périurbaine qui doit notamment supporter les contraintes liées à la ville. Une terre qui produit huile de chanvre, bière, farine de sarrasin et de seigle, miel, viande de bœuf, lait, œufs et fromages, et qui a désormais son label et sa charte qualité « Les saveurs du Grand Parc » destinés à encourager l’agriculture biologique.

« Ce label est une source de développement économique pour nos agriculteurs qui vont pouvoir faire de la vente directe et répondre ainsi à la demande du consommateur qui recherche des produits de qualité. Cette démarche renforce ainsi la préservation de la qualité de l’eau qui alimente les habitants », explique Christian Bardin, vice-président du Symalim (Syndicat mixte pour l’aménagement du Grand Parc Miribel-Jonage, propriétaire du parc) chargé des espaces naturels agricoles et métropolitains.

Si actuellement plus de la moitié de la surface des terres cultivées du Grand Parc est dédiée au bio, l’objectif est d’en convertir la majorité, en innovant et en valorisant ce travail auprès d’un bassin de population qui représente près de 3 millions d’habitants. Mais pour revenir à des méthodes naturelles de production, une transition progressive et participative s’impose pour que les intérêts de tous les acteurs convergent. Le Grand Parc veut accompagner les agriculteurs dans l’évolution de leurs pratiques en les incitant à réduire les grandes cultures au profit du maraîchage, tout en leur permettant de tirer une source de revenus correcte.

Le 28 avril, huit partenaires se sont engagées en signant la charte: trois restaurants (Les Saveurs du Grand Parc, La Guinguette de l’Iloz et L’Escapade), deux agriculteurs (EARL de l’Abbaye à Meyzieu et Gaec de la Garotière à Jons), le Moulin Marion, la brasserie Dulion et l’éco-festival Woodstower.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide