Fermer la publicité

Mireille d’Ornano : « Le FN n’est pas là pour faire de la figuration »

Isère le 13 février 2014 - Caroline Thermoz-Liaudy - Actualités - article lu 938 fois

Mireille d’Ornano : « Le FN n’est pas là  pour faire de la figuration »
(D.R.)

En tant que candidate et tête de liste à Grenoble, qu’attendez-vous des municipales et des débats qui entourent le scrutin ? Les grands thèmes de ma campagne seront la fiscalité et la sécurité, mais aussi le logement social, avec une proposition d’attribuer les logements sociaux lors de réunions publiques, car aujourd’hui le traitement reste très fermé, alors qu’il y a des gens qui attendent des logements depuis des années.

En tant que candidate et tête de liste à Grenoble, qu’attendez-vous des municipales et des débats qui entourent le scrutin ?

Les grands thèmes de ma campagne seront la fiscalité et la sécurité, mais aussi le logement social, avec une proposition d’attribuer les logements sociaux lors de réunions publiques, car aujourd’hui le traitement reste très fermé, alors qu’il y a des gens qui attendent des logements depuis des années. Il faut qu’il y ait plus de transparence.

Quelles sont les chances de la liste que vous conduisez ?

Comme je le dis toujours, je ne pars pas pour perdre mais pour gagner. Le retour du Front National à la mairie de Grenoble, pour moi c’est certain. Je suis sûre que nous passerons le cap du deuxième tour, et qui plus est, tout est ouvert car on n’est pas à l’abri d’une triangulaire. Il y a tellement de paramètres…Nous sommes dans un bastion de gauche avec beaucoup de gens mécontents. On ne peut pas dire aujourd’hui qui sortira des urnes demain.

Vous n’avez donc pas de projet d’alliances ?

Au premier tour, chacun se bas sous sa bannière. Après s’il y a un jeu d’alliances à faire, on verra au second tour. Moi j’y suis ouverte à condition que ce soit  en accord avec la charte de notre programme, notamment sur la baisse des impôts, la sécurité, etc. Mais nous n’en sommes pas là.

Certains débats ont déjà été organisés par des groupes indépendants, sur la culture, ou sur le logement. Pourquoi n’étiez-vous pas présente pour débattre ?

Je n’ai pas été invitée. A chaque fois que je suis invitée je réponds présente. L’office municipal des sports m’invite, et je viens. Mais lorsque vous ne me voyez pas, c’est que je ne suis pas conviée.  C’est le cas pour le débat organisée par Cap Berriat, (NDLR : ce samedi 15 février). Et si je ne suis pas invitée, je ne vais pas me mettre à plats ventre pour l’être. Mais que les grands donneurs de leçons sur la discrimination commencent par balayer devant leur porte avant de parler du Front National comme d’un parti d’exclusion.

Combien de listes seront menées par le Front National dans le département ?

La liste de Vienne  est terminée tout comme celle de Bourgoin-Jallieu et celle de Voiron. Il y aura aussi une liste à Echirolles et à Fontaine. Malheureusement il manque trop de gens à Saint-Martin-d’Hères. Il y en aura peut-être une à Corenc. En tant que secrétaire départementale, ce qui m’intéresse ce sont les plus grosses villes iséroises, où il y a de gros enjeux politiques. Les programmes resteront tournés vers la sécurité, la fiscalité et le logement.  Et sur ces villes je pense aussi que l’on sera en très bonne position. On n’est pas là pour faire de la figuration. Compte tenu des scores aux dernières législatives, il est évident que nous serons au second tour. Et si la droite veut gagner, il faudra parler avec le Front National.

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide