Fermer la publicité

Miel Mutuelle : accord de substitution avec Apicil

Loire le 16 juillet 2015 - Denis Meynard - Services - article lu 477 fois

Miel Mutuelle : accord de substitution avec Apicil
La dernière assemblée générale de Miel Mutuelle a opté pour un accord de substitution avec l'assureur lyonnais Apicil

La mutuelle indépendante stéphanoise est confrontée à des pertes récurrentes et à une baisse de son ratio de solvabilité.

Face à la baisse continue de son ratio de solvabilité, Miel Mutuelle a pris la décision de conclure un accord de substitution avec Micils (groupe Apicil). Malgré une hausse des cotisations encaissés l’an dernier, à 91,6 M€, et du nombre d'affiliés (106 800), la mutuelle stéphanoise, n’a pas réalisé le retour à l’équilibre prévu sur 2014. Sa perte qui s’est même légèrement creusée, passant de 1,6 à 1,8 M€. Avec pour corollaire un taux de solvabilité passé en un an de 141 % à 117 %. « Il risque de reculer encore et d’approcher des 100 %, compte tenu des prévisions de croissance, ainsi que du chantier informatique qui va être lancé, dont le coût est évalué entre 1 et 1,5 M€ », selon Gérard Servel, président de Miel Mutuelle.

La dernière assemblée générale de Miel Mutuelle, qui a pris depuis 1998 son indépendance vis-à-vis du géant stéphanois de la distribution au sein duquel elle est née, a donc opté pour un accord de substitution avec l’assureur lyonnais Apicil. Les deux entreprises, liées depuis 2014 par un partenariat stratégique, commercialisent ensemble certains de leurs produits. Elles ont ainsi lancé en 2015 une offre commune santé-prévoyance, dédiée à deux enseignes de proximité de Casino.

Applicable à compter du 1er janvier 2016, la convention de substitution est conclue pour deux années qui doivent permettre à la mutuelle de « retrouver une solidité financière nécessaire et de poursuivre son développement sereinement », indique sa direction dans un communiqué. Tout en précisant que près de 400 des 600 mutuelles françaises pratiquent la substitution. « Cette situation est une étape transitoire et ne concerne que l’aspect financier, sans aucun impact sur nos affiliés. Miel Mutuelle reste maître de son destin », ajoute son directeur général, Gérard Courier.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide