Fermer la publicité

Médiévales de Vienne : commerçants d'un autre temps

Isère le 19 juillet 2015 - Grégory Zerbone - Spectacle, Théâtre - article lu 73 fois

Médiévales de Vienne : commerçants d'un autre temps
Grégory Zerbone - 35 marchands et artisans venus des quatre coins du pays

La grande fête médiévale organisée par Vienne Historique se déroulera les 29 et 30 août prochains sur le thème des bâtisseurs. A l'occasion de la 4e édition, La Tribune de Vienne vous plonge chaque semaine dans les coulisses de cet événement qui ne cesse de prendre de l'ampleur. Pour ce troisième épisode, zoom sur le fameux marché médiéval.

L’un des temps forts les plus attendus de la fête médiévale est sans conteste son marché. Il regroupe environ 35 marchands et artisans venus des quatre coins du pays qui, durant deux jours, vendent exclusivement des articles en lien avec l’époque féodale. L’année dernière, des troupes passaient dans les rues de la ville. De plus, les organisateurs essayent d’année en année de diversifier un maximum ce bazar à ciel ouvert. Tout cela dans l’optique de proposer des produits différents aux visiteurs mais également pour donner plus d’animation au marché.

Comme chaque année, ce sont les Voyageurs du Temps qui en gèrent le fonctionnement. Cet événement est très réputé et très prisé des visiteurs. Les volontaires participants envoient des dossiers de candidatures. Généralement un tiers des commerçants de l’année précédente revient. Les autres prennent part à cette aventure pour la première fois.

Vendeur d'hydromel

Cela fait maintenant quatre années que la société Lanceleau, basée à Gilonnay, se lance dans ces week-ends d’une autre époque... Cette entreprise familiale est spécialisée dans la fabrication de boissons de l’époque des chevaliers, comme l’hypocras ou encore l’hydromel. Depuis que le marché existe, le patron, Bernard Quinquinet,  tient une échoppe de bois où il vend et fait découvrir aux visiteurs ses spécialités d’une autre ère. Ce stand est particulier car il est marqué d’un symbole noir et blanc représentant une croix que l’on retrouve dans les symboles des croisades. Le vendeur est habillé des mêmes couleurs. 

« Je fais cela par passion et dans le but de faire connaître les produits et faire plaisir aux vacanciers », déclare-t-il. Il se retrouve au même endroit chaque année. « Je suis l’un des seuls sur le marché à vendre de l’hydromel, une boisson datant de la même époque que l’hypocras. » Bernard Quinquinet arrive tôt le samedi à Vienne, ce qui lui permet d’installer son échoppe. Tout doit être prêt pour l’ouverture du marché, sur les coups de 10 h du matin. Ensuite, il se débrouille pour manger et se loger durant le week-end. « Le soir, je dors au beau milieu de mes bouteilles », dit-il.

Et ses ventes ont du succès, certifie Bernard Quinquinet. Les troupes qui participent à la fête médiévale lui demandent parfois des conseils. Elles lui achètent même des pichets. Pour obtenir ce petit remontant, il mélange plusieurs épices avec un vin spécial et rajoute du miel. Le marchand place ses produits dans des bouteilles en verre de couleur bleue qu’il récupère du côté de Mâcon. Il cherche et propose chaque année de nouveaux mélanges aux clients. En 2014, ce dernier proposait de l’eau de vie d’hypocras. Ces produits s’écoulent à des prix abordables. Le marché de Vienne est un moment qu’il attend avec impatience.

Grégory Zerbone

 

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide