Fermer la publicité

Médiévales de Vienne : Saint-Maurice, miracle de bâtisseurs

Isère le 09 août 2015 - Thomas Eydoux - Spectacle, Théâtre - article lu 112 fois

Médiévales de Vienne : Saint-Maurice, miracle de bâtisseurs
D.R. - De nos jours, il faudrait 20 ans pour construire la cathédrale dans des matériaux identiques

La grande fête médiévale organisée par Vienne Historique se déroulera les 29 et 30 août prochains sur le thème des bâtisseurs. A l'occasion de la 4e édition, La Tribune de Vienne vous plonge chaque semaine dans les coulisses de cet événement qui ne cesse de prendre de l'ampleur. Pour ce sixème épisode, zoom sur la cathédrale Saint-Maurice et l'histoire de sa construction.

Symboles absolus de l’époque médiévale, les cathédrales sont le fruit de plusieurs siècles de travaux. Les fêtes qui se dérouleront fin août à Vienne, aborderont cette année le thème des « Chevaliers et bâtisseurs ».

L’occasion de revoir les modes de conception et de construction de ces monstres d’architecture, plus particulièrement la cathédrale Saint-Maurice. Elle est l’une des pièces maîtresses de l'Histoiere du bassin de vie viennois, soutenue encore par l’importante population catholique de la région. La cathédrale Saint-Maurice a, depuis le début de sa construction aux alentours du XIIe siècle, joué un rôle historique primordial. « Elle a aussi eu d'autres rôles secondaires, comme un campement ou encore un dépôt à grains », ajoute Jean-Yves Curtaud, président de l’office de tourisme.

Un parallèle difficile à réaliser de nos jours

La construction de l’édifice s’est étendue sur plus de 400 ans, traversant les courants romains et gothiques. « Pour la partie principale de la cathédrale, elle a été consacrée en 1251, soit 120 ans après le début de sa construction », détaille Gilles Rochette, architecte. La comparaison avec les églises et autres constructions religieuses d’aujourd’hui semble compliquée. On met désormais beaucoup moins de temps à les construire et les coûts sont relativement inférieurs à ceux de l’époque. « Les matériaux, la main d’œuvre, les techniques de construction : tout cela n’a rien à voir avec ce que l’on connaît aujourd’hui », remarque l’architecte.

En effet, la rapidité avec laquelle les hommes peuvent construire depuis le XIXe siècle est impressionnante. Pour donner un ordre d’idée, on met environ deux ans et demi pour construire une église de style contemporain. Aussi, les motivations des populations et les envies changent radicalement du Moyen-Age. « Les centres d‘intérêts sociaux ne sont plus les mêmes, car les mentalités changent », décrypte Jean-Yves Curtaud.

Trois approches possibles

Plusieurs approches sont possibles selon Gilles Rochette, pour mettre en parallèle la construction des cathédrale il y a 600 ans et aujourd’hui. Il est tout d’abord possible de reconstruire à l’identique et avec les techniques de l’époque. « On pourrait prendre exemple du château fort de Guédelon en Bourgogne, commente l’architecte, où on utilise les mêmes outils qu’au Moyen-Age. » Commencé en 1997, ce projet n’est pas encore totalement terminé.

L’autre approche consiste à reconstruire la même cathédrale, mais avec des techniques modernes. Les vitraux, portes en bois ou arcades seraient réalisés avec des moyens que l’on connaît aujourd’hui. « 20 ans seraient au moins nécessaires pour construire une cathédrale comme Saint-Maurice », imagine le président de l’office de tourisme de vienne.
Enfin, la troisième et dernière manière de comparer serait de construire une cathédrale moderne. « Celle de Créteil en est le parfait exemple, précise Gilles Rochette. Elle aura coûté plus de 9 M€ », ajoute-t-il.

Ces lieux de cultes impressionnants continuent toujours autant à passionner, plusieurs siècles après leurs constructions. « C’est étrange de se dire que ce que l’on ressent quand on rentre à l’intérieur, d’autres l’ont ressenti bien avant nous », termine passionnément Jean-Yves Curtaud.

Thomas Eydoux



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide