Fermer la publicité

Médiévales : « On ne se déguise pas, on se costume ! »

Isère le 12 juillet 2015 - Tholmas Eydoux - Spectacle, Théâtre - article lu 268 fois

Médiévales : « On ne se déguise pas, on se costume ! »

La grande fête médiévale organisée par Vienne Historique se déroulera les 29 et 30 août prochains sur le thème des bâtisseurs. A l'occasion de la 4e édition, L'Essor-Tribune de Vienne vous plonge chaque semaine dans les coulisses de cet événement. Pour ce second épisode, direction l'atelier couture des costumes l'association où travaillent six cousettes depuis des mois.

Connues sous le nom des « cousettes , six femmes s’attèlent depuis 9 mois à la conception et à la réalisation des tenues médiévales que porteront plusieurs participants. « Ça faisait 2 ans qu’on voulait le faire », explique Viviane Borel, présidente des Cousettes. Jacqueline et Anita ont débuté les activités en septembre 2014. Très vite, Viviane et ses compères les ont accompagnées. L’atelier de costume fait partie de l'association "Vienne Historique" et ses 80 bénévoles. Plusieurs spécialités sont représentées, comme la sécurité ou encore la communication. C’est donc la première année que Vienne Historique  dispose d’un pôle couture.

Désormais six cousettes en tout participent à l’atelier : Henriette, Noëlle, Chantal, Jacqueline, Anita et Viviane. Deux ou trois autres personnes sont néanmoins susceptibles de les rejoindre sous peu, de manière à augmenter et accélérer la quantité de tenues produites. Le rendez-vous est donné tous les jeudis après-midi pour s’atteler à la couture, le temps de quelques heures, pour ensuite effectuer une réunion. Ces femmes ne sont pas toutes expertes en la matière. Cependant, l’entraide et la mise en commun des connaissances font des cousettes un groupe très lié.

Inspirées par des livres d’histoire, elles tiennent compte de la difficulté de conception des vêtements, mais aussi de la température. En effet, la température du dernier week-end d’août sera sûrement élevée, rendant certains costumes difficiles à supporter. Après avoir réalisé un patron à partir d’illustrations d’époque, la tenue du dessous est conçue, constituant alors la « base » de l’habit. Vient ensuite le tour de la robe : c’est là que le gros du travail est effectué. Les différentes contraintes sont prises en compte et une fois la robe fabriquée, c’est au tour des galons et accessoires d’être réalisés. « Il faut compter environ 10 heures de travail pour une tenue complète , affirme Viviane Borel, mais cela peut varier selon les difficultés rencontrées au fil de la réalisation . »

Aucun tissu neuf utilisé

Les cousettes n’utilisent que des tissus usagés. Elles récupèrent des vieux draps ou vont chez Emmaüs pour se fournir. Depuis le début de leurs activités, les couturières n’ont jamais acheté de neuf. « Ce n'est que de la récup’ », précise la présidente. Avec un prix de 30 € par costume et pour le week-end complet, l’association des couturières décolle : déjà 15 commerçants ont commandé des tenues des cousettes, pour permettre d’immerger le public dans l'ambiance au maximum lors des Médiévales. Des petits sacs ont été également  confectionnés et seront disponibles au prix de 10 €.

Passionnées par ce qu’elles font, ces six femmes sont très actives. Depuis le début, 20 tenues de femmes et 10 d’hommes ont été réalisées. Les couturières travaillent actuellement sur des tenues pour enfant. « On ne se déguise pas, on se costume » insiste Viviane Borel. Chez les Cousettes, la passion de l’histoire et de la couture est essentielle.

Thomas Eydoux



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide