Fermer la publicité

Me Marguerite Pellegrin : « J'ai toujours été proche des gens »

le 17 juin 2015 - Mathieu Ozanam - Notaires - article lu 496 fois

Me Marguerite Pellegrin : « J'ai toujours été proche des gens »
Georges Rivoire - Etre complémentaires tout en gardant un fort maillage du territoire

La chambre des notaires de la Loire a porté à sa tête Me Marguerite Pellegrin, notaire à Saint-Galmier.

« Je voulais faire des études très courtes. » Aujourd’hui élue présidente de la chambre des notaires de la Loire, Me Marguerite Pellegrin se rappelle que, bac en poche, l’idée qu’elle nourrissait était de « travailler très vite ». Deux ans d’études après le bac lui paraissait un bon compromis. Mais voilà qu’elle enchaîne avec une licence, puis les valeurs notariales. Clerc dans la Loire, elle part dans le Jura où elle suit son époux, fonctionnaire de son état, qui a été muté. Elle effectue à Dijon sa dernière année d’étude. Avant de revenir en 1989 dans le département de la Loire et de s’installer en 1992. Elle est aujourd’hui associée dans un cabinet né de la fusion de deux offices, l’un à Saint-Galmier, l’autre à Chazelles-sur-Lyon. L’exercice en zone rurale implique une proximité dont elle assure avoir fait sa marque de fabrique : « j’ai toujours été proche des gens ».

Faire évoluer la profession

Me Marguerite Pellegrin avait intégré l’an dernier la chambre départementale des notaires de la Loire. Une institution en voie de féminisation puisqu’elle comportait six hommes et cinq femmes. Elle arrive dans le contexte de l’examen par le Parlement de la loi Macron, et en particulier son volet portant sur les professions réglementées. « Il nous faut rester unis », insiste Me Marguerite Pellegrin qui admet cependant que les jeux étant faits, « il faut maintenant essayer de faire avec et voir si les textes vont être applicables tels qu’ils seront publiés. »
Du point de vue de l’évolution de la profession Me Marguerite Pellegrin constate qu’ « il est de plus en plus difficile d’être généraliste car chaque année une multitude de lois font leur apparition en droit de la famille, en droit des affaires, en droit immobilier. » En particulier dans les zones rurales. La loi Alur et sa complexité peut fournir un bon exemple en la matière. Il s’agit dès lors d’envisager des regroupements « pour essayer d’être complémentaires tout en gardant un fort maillage du territoire ». Me Pellegrin l’assure : « les notaires commencent à en prendre conscience ». Autre prise de conscience : la nécessité de toujours mieux communiquer en direction du public. « Il nous faudra expliquer de plus en plus aux clients à quoi nous servons, expliquer dans nos tarifs qui sont mal compris, quelle est la part qui revient à l’Etat. »

Mathieu Ozanam

Vice-présidente : Me Clotilde Fellay (Saint-Jean-Soleymieux)

Premier syndic : Me Hervé Thiboud (Rive-de-Gier)

Deuxième syndic : Me Patrice Gard (La Fouillouse)

Troisième syndic : Me Muriel Roattino-Lecogne (Feurs)

Premier Rapporteur : Me Christelle Crepet (Riorges)

Deuxième Rapporteur : Me Bernard Chazottes-Leconte (Saint-Etienne)

Trésorier : MYvan Gerbay (Roanne)

Secrétaire : Me Julien Macret (Saint-Etienne)

Délégué à la communication : Me Pierre-Antoine Duron (Saint-Chamond)



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide