Fermer la publicité

Nécrologie : Me François-Régis Christophe, un notaire humaniste

Loire le 29 décembre 2014 - Béatrice Perrod-Bonnamour - Notaires - article lu 1221 fois

Nécrologie : Me François-Régis Christophe, un notaire humaniste
DR

Me François-Régis Christophe, notaire honoraire à la résidence de Bessenay (Rhône) est décédé dans sa propriété familiale de Vence à Perreux (Loire), le 9 décembre d'une douloureuse maladie, entouré de son épouse Jannick, de ses trois enfants Valérie, Damien-Pierre, Stéphanie-Anne. Il avait trois petits-enfants.

François-Régis Christophe, né le 23 avril 1941, fils d’un industriel costellois, fit ses études de droit à l’université Jean-Moulin (Lyon). Il prêta serment, le 12 octobre 1969 - il fut un des plus jeunes notaires de France - et officia à Bessenay jusqu’au 30 décembre 2002. Me Jacques Maligeay a pris sa suite. Au cours de sa carrière, Me Christophe consacra une partie de son temps au profit de la profession où il a rempli les fonctions de membre de la chambre en 1981-1982, et de premier syndic en 1983.
Une messe de funérailles a réuni samedi 13 décembre, en l’église de Perreux,  600 personnes dont le maire de la commune, Jean-Yves Boire, accompagné de nombreux Pariodins. Des habitants de Bessenay s’étaient déplacés. On notait  autour de la famille beaucoup d’amis lyonnais et ligériens, des acteurs locaux du monde économique : Jean-Bernard Devernois, président de la CCI du Roannais, Lucien Deveaux, Guy Monroë, ancien maire de Perreux …), des responsables du monde associatif.
Dans son homélie, le Père Bernard Preynat souligna l’engagement de François-Régis : engagement professionnel en tant que notaire, et aussi dans de nombreuses associations caritatives, humanitaires : les Sans abri, La Croix rouge, la Fédération des familles du Rhône, l’UDAF, la fondation Raoul-Follereau, l’Ordre de Malte ; engagement dans des associations culturelles : La Diana, l’A2MR, Parents et amis de Joseph Déchelette, Vieilles maisons françaises Loire, musée des Arts décoratifs de Lyon… « Me Christophe vivait l’ouverture aux autres, aimant recevoir. Il était curieux de tout, d’objets anciens et insolites. Son goût allait aux belles choses », précisait  prêtre.
Ses enfants ont rappelé  son courage à vaincre la souffrance sans se plaindre, sa droiture, sa volonté de faire régner la cohésion familiale.
Son esprit d’ouverture à la culture se poursuit à travers son fils Damien-Pierre, créateur des Musicales de Vence en Roannais.


Béatrice Perrod-Bonnamour



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide