Fermer la publicité

Matsuri redémarre à Saint-Étienne

Loire le 07 août 2015 - Denis Meynard - Commerces - article lu 2012 fois

Matsuri redémarre à Saint-Étienne
Denis Meynard - Bastien Coinon : « nous avons baissé le prix des assiettes ou augmenté les quantités servies ».

L'optimisme est de rigueur pour la nouvelle direction de l'enseigne de restauration japonaise, malgré la procédure de sauvegarde du groupe.

Le groupe propriétaire de la chaîne de restauration japonaise Matsuri a demandé le mois dernier au tribunal de commerce de Paris son placement en procédure de sauvegarde, afin d’étaler le remboursement de sa dette. Son établissement, présent depuis 2011 sur la place Jean-Jaurès de Saint-Étienne, a depuis le début de l’année un jeune directeur de 29 ans originaire de Bordeaux et marié à une Stéphanoise, Bastien Coinon. Ce dernier indique avoir restructuré l’équipe de neuf salariés et ajoute que l’activité a enregistré une progression sur le premier semestre 2015. « Elle bénéficie notamment de la politique tarifaire en vigueur depuis septembre 2014 dans les restaurants du groupe qui représente une baisse moyenne du prix de 12 % et qui peut aller jusqu’à 30 % pour certains plats », souligne-t-il.

Bastien Coinon explique que les assiettes circulant sur le « baiten », le comptoir tournant, sont proposées à 2 € ou 3 €, et que des réductions sont possibles dans le cadre d’un partenariat avec les cinémas de la ville, ou bien via une réservation par Internet. Il indique que le fonctionnement en terrasse est stoppé, car il n’est pas en adéquation avec le concept du restaurant, qui dispose de la climatisation. Près de la moitié du chiffre d’affaires est réalisé en consommation sur place, le reste en livraison à domicile sur Saint-Étienne et sa couronne et en vente à emporter.

Matsuri, créé et dirigé par Eric Woog, possède vingt établissements dont cinq en franchise (un à Paris et quatre au Maroc). En dehors de l’Île-de-France, ses autres restaurants en propre sont notamment situés à Lyon (où il en compte trois), Reims ou Genève. En dépit de la procédure de sauvegarde, de nouvelles ouvertures sont programmées. Un restaurant en propre ouvrira à Bordeaux en septembre et une franchise pourrait suivre à Miami en 2016.

Denis Meynard

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide