Fermer la publicité

Mathieu Desmoulin initié au charme de l'éloquence

Loire le 27 mars 2015 - Marine GRAILLE - Vie juridique - article lu 500 fois

Mathieu Desmoulin initié au charme de l'éloquence
Marine Graille - Mathieu Desmoulin, a remporté la finale locale du concours d'éloquence Lysias

Comme chaque année, l'université Jean-Monnet de Saint-Etienne participe aux concours Lysias. Parmi les lauréats 2015, Mathieu Desmoulin, en master 2 Droit et justice, qui a remporté les différentes épreuves locales lui ayant permis de défendre les couleurs de la Loire, lors d'une plaidoirie à Paris.

Pour Cicéron, l’éloquence est un art. Celui de parler et de convaincre un auditoire. Selon ses écrits antiques, pour être efficace l’orateur doit démontrer par la rigueur de son argumentation, plaire par la qualité du style et émouvoir en utilisant de manière fine l’humour et le pathétique. Des théories que l’association Lysias propose de mettre en pratique chaque année dans plusieurs universités françaises, en organisant des concours dont un ouvert à tous les étudiants quelle que soit la filière.

Mathieu Desmoulin, étudiant de 22 ans en master 2 Droit et justice n’était pas forcément emballé par l’idée de participer à ce type de concours. C’est le président de l’association Lysias Saint-Etienne, Daniel Del Vecchio, qui encouragé le jeune homme à se lancer. Et finalement Mathieu se prend très vite au jeu. Début février, il passe la première phase du concours en défendant la thématique « Le jeu en vaut-il la chandelle ? » Un mois tout juste après les attentats de Paris, le Ligérien entreprend alors de filer la métaphore assimilant le jeu aux caricatures et la chandelle à la religion. Un choix de thématique risqué mais qui a séduit le jury par le traitement adopté par l’étudiant.

Qualifié pour le 2e tour, Mathieu décroche un sujet dans un tout autre registre : « DSK, un homme délicat ». « C’est le thème qui m’a posé le plus de problème. J’ai dû supprimer bon nombres de passages mais finalement j’ai réussi à faire rire et à choquer. » La jolie plume du candidat ligérien a une nouvelle fois convaincu les membres de jury et lui permet alors d’obtenir son ticket pour les demi finales. Puis pour la finale, où l’étudiant en droit est censé s’opposer à l’interdiction de la fessée. « Pour ce thème, j’ai effectué beaucoup de recherches. D’un côté dans les manuels éducatifs et de l’autre côté les ouvrages sur les pratiques sadomasochistes. Ma plaidoirie s’est alors construite sur deux axes très différents : la fessée associée à la punition pour un enfant et la fessée version 50 nuances de Grey. Finalement, l’inspiration m’est venue très facilement et en y repensant c’est le sujet où je me suis fait le plus plaisir », confie le jeune homme. Un plaisir visiblement communicatif puisqu’une fois encore le jury est charmé par les talents d’orateur du candidat.

 « Un exercice narcissique mais beau »

 Une 4e victoire qui l’amène à l’ultime épreuve : plaider dans un amphithéâtre de la Sorbonne à Paris. « Mes parents, ma sœur et mon beau-frère avaient fait le déplacement pour venir m’encourager. C’était très important pour moi d’avoir leur soutien. » « L’honneur a t-il un sens ? » Une thématique qui a inspiré le Ligérien en abordant sur les codes d’honneur mafieux, l’honneur d’une femme… Face à lui un étudiant venu de Montpellier et défendant la position opposée. Une prestation qui a finalement fait pencher la balance en sa faveur chez le jury. Une décision que Mathieu n’a pas eu de mal à comprendre, jugeant lui-même son adversaire comme « brillant et avec une voix magnifique ».

Pour l’étudiant ligérien, pas question de parler d’échec en repensant à cette compétition. « Ce concours a été une expérience très enrichissante. Cela a permis à mes parents de mieux comprendre ce que je faisais. Une plaidoirie ce n’est pas que de l’apparat, il y a aussi du fond. Le but c’est de convaincre et non pas de persuader. C’est un exercice, certes très narcissique, et que je trouve finalement assez beau. » Une expérience qui lui servira très probablement dans les prochaines années, puisque Mathieu envisage d’intégrer à l’issue de son Master 2 à l’Institut d’études judiciaires de Saint-Etienne, afin de préparer son concours d’entrée à l’école d’avocat.

Marine Graille

 

Lysias : concours à tous niveaux

L’université Jean-Monnet de Saint-Etienne organise chaque année trois concours grâce à l’association Lysias. L’un est ouvert à toutes les filières, de tous les niveaux (de Licence 1 à Master 2). Les deux autres concours juridiques opposent les meilleurs orateurs en licence L1 et L2 de Droit dans le cadre d’une simulation de procès. Le jury est composé d’universitaires mais aussi de professionnels du droit et notamment la présidente du tribunal de grande instance de Saint-Etienne.

 

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide