Fermer la publicité

Manger local dans les établissements scolaires

Isère le 12 septembre 2015 - Claire Thoinet - Actualités - article lu 356 fois

Manger local dans les établissements scolaires
Claire Thoinet - Les élus accueillis par Sylvie Sbaffe, principale du collège de Pont-de-Chéruy

Une cuisine mutualisée est installée au collège le Grand champ de Pont-de-Chéruy. Elle dessert les trois établissements scolaires alentours, propose des produits locaux et de saison dans ses menus.

Sylvie Sbaffe, principale du collège, et Alain Tuduri, maire, ont accueilli Jean-Pierre Barbier, président du département de l'Isère, Evelyne Michaud, vice-présidente en charge des collèges, Annick Merle et Gérard Dezempte, conseillers départementaux locaux, venus visiter la cuisine centrale avant de déjeuner au self de l’établissement.

Le président a tenu à mettre en avant la mutualisation de l’équipement départemental et son approvisionnement en produits locaux. « Il existe, en Isère, des plates-formes, un abattoir, des légumeries, des services vétérinaires… », a-t-il énuméré avant d’inviter à une vision globale afin de permettre la complémentarité, la baisse des coûts et de solliciter davantage les agriculteurs.


Depuis un an, la cuisine prépare 1 000 repas par jour pour les collèges de Pont-de-Chéruy, Charvieu-Chavagneux et Tignieu-Jameyzieu. Sept agents travaillent dans une hygiène stricte (port d’équipements, plats témoins pour contrôles…). Deux cuisiniers officient, épaulés par deux personnes polyvalentes (livraisons, plonge, préparation des entrées). Tous assurent l’entretien des locaux en fin de journée. L’équipe se complète de la responsable de la cuisine centrale, Béatrice Meunier, d’un magasinier qui réceptionne et stocke la marchandise (viande, produits laitiers, légumes, fruits…), prépare celle qui sera au menu et l’allotissement (produits qui n’entrent pas en cuisine : fruits, sauce, fromage). « La liaison froide, moins contraignante facilite le fonctionnement de la cuisine », explique Corinne Ponsonnet, chef de production. Les repas fabriqués la veille sont réchauffés sur le lieu de leur consommation. Dans ceux-ci, 18% des ingrédients proviennent de la production locale fournie par RéColTer, structure en lien avec les producteurs locaux de saison (concombres, courgettes, brocolis, prunes…), centralisant offre et demande, implantée en Rhône pluriel.

Claire Thoinet
 

Un tour dans les cuisines avant de passer à table



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide