Fermer la publicité

Santé : maladie de Parkinson, les jeunes aussi

le 08 mai 2015 - Destination Santé - Sciences, Santé, Environnement - article lu 450 fois

Santé : maladie de Parkinson, les jeunes aussi
Destination Santé

La maladie de Parkinson touche environ 200 000 personnes et sa fréquence augmente régulièrement. Deuxième maladie neuro-dégénérative en France, après la maladie d'Alzheimer, elle concerne aussi des sujets jeunes.

« Dans 75 % des cas, elle survient entre 44 et 66 ans », affirme le Pr Marc Vérin, chef du service de neurologie à l’hôpital Pontchaillou de Rennes. « Mais il existe des formes à début précoce, avant 44 ans, et même des formes avant 20 ans, dites juvéniles. Contrairement à certaines idées reçues, ce n’est pas une maladie du sujet âgé, mais une pathologie de la deuxième moitié de vie, les cas survenant après 70 ans étant rares. Il semble que les formes à début précoce, dont les premiers symptômes apparaissent à la quarantaine, la trentaine, voire à la vingtaine, sont de plus en plus fréquentes ».

« Il existe des idées reçues sur la maladie de Parkinson », souligne Marc Vérin. « Elle est souvent associée au seul tremblement. Or un tiers des patients ne seront jamais affectés par ce phénomène. » De plus, les symptômes sont multiples. « Il s’agit d’une maladie du mouvement, mais pas seulement, car elle s’accompagne de nombreux symptômes non moteurs comme l’anxiété, la dépression, la douleur, la perte de motivation (apathie), ou encore les troubles digestifs ou cognitifs. »

Mieux vivre avec leur maladie

Si le rôle du neurologue reste central, la prise en charge de la maladie de Parkinson nécessite l’implication de multiples acteurs. Dans le cadre du plan Parkinson, le ministère de la Santé a identifié 25 centres experts Parkinson régionaux. Ils regroupent des neurologues spécialisés dans la maladie de Parkinson, mais aussi des orthophonistes, psychologues, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, dont les approches complémentaires peuvent permettre aux patients de mieux vivre avec leur maladie.

Dès le diagnostic, il est important que les patients puissent s’informer sur leur maladie et bien comprendre leurs traitements. C’est pourquoi les associations, dont France Parkinson, s’avèrent extrêmement précieuses pour soutenir et aider aussi bien les malades que leurs proches.

 

Plus d’informations sur l’association France Parkinson : http://www.franceparkinson.fr  - 01 45 20 22 20 - info@franceparkinson.fr

Apprendre, c’est être surpris !

Les jeunes enfants apprennent vite. Très vite. Mais comment font-ils ? Une équipe de chercheurs américains s’est penchée sur la question, en testant un groupe de nourrissons.
Deux psychologues ont mené des tests d’apprentissage sur des nourrissons âgés de 11 mois. Dans un premier temps, les chercheurs ont présenté aux petits des objets connus et réagissant de manière logique. Par exemple, une balle qui roule et qu’un objet arrête dans sa course. Ensuite, cette même balle poursuivant sa course alors même qu’un objet est placé sur son parcours. Qu’il s’agisse d’un effet d’optique ou que l’objet en question soit troué, l’enfant est surpris par le phénomène inattendu.

Tous les nourrissons ont réagi de la même manière : ils se sont davantage intéressés à la seconde situation. Ils ont tenté de comprendre le phénomène qui les a surpris. Notamment en testant la solidité de la balle. Comme s’ils tentaient de trouver une explication plausible à un événement extraordinaire. « Lorsque les bébés sont surpris, ils apprennent mieux, comme s’ils étaient en train d’essayer de comprendre le monde autour d’eux », concluent les auteurs.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide