Fermer la publicité

Mairie de Grenoble : La baisse des indemnités qui doit faire du bien aux Grenoblois

Isère le 21 avril 2014 - Caroline Thermoz-Liaudy - Région grenobloise - article lu 134 fois

Mairie de Grenoble : La baisse des indemnités qui doit faire du bien aux Grenoblois
Le conseil municipal grenoblois s'est réunis durant plus de 7h pour voter (entre autres) le montant des nouvelles indemnités des élus. Une séance qui était encore une fois visionable en direct sur le site de la Mairie...C'était l'engagement N°14 du programme d'Éric Piolle.

Il l’avait annoncé candidat, il le fait maintenant maire.

Lors du second conseil municipal présidé par Eric Piolle (le premier étant celui dédié à l’installation), la nouvelle équipe a choisi de baisser ses indemnités. Une décision qui n’est pas une surprise puisqu’il s’agissait d’un de ses engagements de campagne. La baisse est de l’ordre de 25 %, soit l’annulation de la hausse votée en 2008 par la précédente majorité. En chiffre, cela donnera un revenu brut mensuel de 4 219 € pour le maire, (contre 5 512 € précédemment), 2357 € pour ses adjoints (au lieu de 2 896) et 1 216 € (contre 1334) pour les conseillers délégués. Une économie qui fera d’autant plus de bien aux Grenoblois, que sur un mandat, cela représentera plus de 1,7 M€. L'enveloppe globale allouée aux indemnités passe de 1 155 000 € à 864 000 €. L'effort des baisses pèse d'abord sur les élus les mieux indemnisés : le maire (- 23 %) et ses adjoints (- 19 %). Il protège les conseillers municipaux avec délégation (- 9 %) et sans délégation (indemnités de 304 € inchangées), pour la majorité comme pour l'opposition. La majorité a ce soir-là également mis fin aux jetons de présence et aux avantages en nature dont bénéficiaient certains élus représentant la municipalité dans les organismes extérieurs.
Par ailleurs, les indemnités de présidence de la compagnie de chauffage, de Gaz et Électricité de Grenoble, ou encore des sociétés d'aménagements sont désormais limitées à 500 € (contre 750 € à 1 000 € auparavant).  Si l’effort est là, et que l’exemple est beau, la prudence est tout de même de mise. La suite du mandat nous dira ce qui a été fait de ces économies.

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide