Fermer la publicité

Métro : un bureau sans l’opposition

Isère le 24 mai 2014 - Caroline Thermoz-Liaudy - Région grenobloise - article lu 775 fois

Métro : un bureau sans l’opposition
Les élus de la Métro ont procédé aux votes des vice-présidents (D.R.)

Après l’élection de Christophe Ferrari à la tête de Grenoble Alpes Métropole le 25 avril, il fallait encore  élire les vice-présidents.

Vice-Présidents que les textes fixent à 20% de l’effectif total du conseil, sans dépasser le nombre de 15, mais qu’une dérogation permet d’élever à 30% sans dépasser 20 vice-présidents. Le nouveau président a coupé la poire en deux en fixant leur nombre à 18.
Le conseil communautaire du 16 mai dernier devait aussi élire le nouveau bureau exécutif, composé d’élus seulement issus du groupe majoritaire. Cela a donc été l’occasion de forts débats entre les groupes de la majorité (au nombre de 4) et les trois autres groupes.  Les hostilités ont été lancées en début de séance par Jean-Damien Mermillod-Blondin, président du groupe PAA, qui s’adressait autant à Ch.Ferrari qu’à E.Piolle (maire EELV de Grenoble). «Vous êtes parvenu à mettre sous tutelle grenobloise non seulement l’agglomération mais chacune des 48 autres communes qui la composent. » En effet, toutes les communes ne seront pas représentées dans le groupe exécutif.
La réponse du président : la nouvelle conférence des maires sera un élément majeur pour l’information et  le processus de construction collective des décisions. De même que la réunion des présidents de groupes qui aura lieu avant chaque conseil.
Est ensuite venue la proposition de M.Ferrari de compléter le bureau avec 4 conseillers délégués et 4 maires dont aucun ne provient de l’opposition. Proposition qui n’a pas manqué de ranimer les débats, sans empêcher l’adoption.

Caroline Thermoz-Liaudy


Le bureau du conseil communautaire

Les 10 premiers vice-présidents : Claire Kirkyacharian : Personnel, administration générale. Raphael Guerrero : Finances budget. Fabrice Hugelé : Economie, indus, attractivité du territoire. Renzo Sulli : Politique de la  ville,  rénovation  urbaine. Christine Garnier : Habitat, logement, politique foncière. Christophe Mayoussier : Assainissement, eau. Yannick Ollivier : Aménagement du territoire, risques majeurs, projet métropolitain. David Queiros : Emploi, insertion, économie sociale et solidaire. Yann Mongaburu : déplacements. Françoise Audinos : Agriculture, forêts, montagne.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide