Fermer la publicité

Lyon passe la main

Loire le 03 avril 2014 - Xavier Alix - Agglomération stéphanoise - article lu 441 fois

Lyon passe la main
Ne soyons pas Lyonnais, soyons beau joueur : admettons que Bayal Sall avait bien fait une main dans la surface donnant lieu à un penalty. Pourquoi, en revanche, ces (mauvais) Gones et leurs alliés médiatiques ne parlent pas de la main beaucoup plus volontaire de Gomis lançant l'égalisation ? M. Grenier, c'est bien d'avoir du chien, mais il vous faudrait aussi de la clairvoyance...

Ne soyons pas Lyonnais, soyons beau joueur (c’est plus facile quand on gagne !) : admettons, oui, admettons que Bayal Sall eut le bras trop décollé, et donc que cette main dans la surface signifiait penalty.

Cela aurait - peut-être - changé le derby. Mauvais, les Gones et bien des médias s’attachèrent à lourdement souligner cette injustice. Étrangement, ils n’ont fait aucunement état de la précédente : la main flagrante de Gomis qui se la joue Henry mode novembre 2009 afin de lancer la superbe action égalisatrice. Celle-ci ne peut pas faire l’objet d’un débat d’interprétation des règles. Et elle, pour le coup, sans fiction aucune, a vraiment changé le cours de ce derby. Alors qui est persécuté ? Un partout sur les erreurs arbitrales, match nul, fermez le mur des lamentations, rangez les mouchoirs. On accordera à Gomis, à qui on ne peut faire d’autre reproche que d’être Lyonnais tant son attitude générale dénote avec la bêtise ambiante, son fair play de fin de match. Tout le contraire d’un Grenier, comble de la mauvaise foi avec son interpellation de l’arbitre. Un labrador est peut-être nécessaire à ce dernier mais à Grenier, c’est une télé équipée de « replay » qu’il faut ! Ne gagne-t-il pas assez pour en avoir une ? Pour la prochaine fois, en fouillant dans les greniers familiaux, il trouvera peut-être un vieux magnétoscope qu’il sera encore possible de câbler sur sa télé ? M. Grenier, c'est bien d'avoir du chien, mais il vous faudrait aussi de la clairvoyance... Nous ne reviendrons pas sur la foule d’injustices dont a bénéficié l’OL lors de son règne despotique, souvent contre l’ASSE. On se contentera d’espérer que ce match restera le symbole des pendules remises à l’heure dans le foot régional. Et que les Verts confirment la fin des complexes qui n’étaient pas du déplacement dimanche : mea culpa, restons beau joueur.

Xavier Alix



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide