Fermer la publicité

LTR Vialon investit 26 M€ dans la Loire

Loire le 21 janvier 2015 - Denis Meynard - Services - article lu 3237 fois

LTR Vialon investit 26 M€ dans la Loire

Le groupe familial de La Fouillouse - 420 salariés - construit deux entrepôts de nouvelle génération à Sury-le-Comtal et Renaison.

Le site de stockage de 24 000 m2 que le groupe LTR Vialon est en train de faire construire dans le Roannais, à Renaison, « correspond à un besoin logistique de notre client Refresco, de Saint-Alban-les-Eaux, qui développe son activité d’embouteillage de sodas pour Pepsi Cola. Il fallait apporter une réponse rapide, et cela a été possible grâce à la réactivité des différents acteurs, la commune, l’agglomération du Grand Roanne, qui nous a vendu un terrain de 5,5 ha sur la zone d’activités de Grange Vignat, ainsi que l’Adel et les services de l’Etat », explique Louis Vialon, qui préside l’entreprise basée à La Fouillouse. « Nous sommes dans les délais, et nous pourrons démarrer début mars l’exploitation d’une partie de ce site, la totalité dès la mi-avril », ajoute-t-il avec satisfaction.

Cet entrepôt dédié, à partir duquel seront livrés des clients de Pepsi Cola sur l’ensemble de la France, représente un gros investissement, de plus de 11 M€, pour l’entreprise ligérienne. Mais, en contre-partie, son client de départ s’est engagé sur un contrat de longue durée. Le nombre de salariés sera d’une douzaine en rythme de croisière, mais il pourra monter à une vingtaine lors des périodes de forte activité, de mars à septembre.

LTR Vialon a lancé un autre gros investissement dans la Loire, en association avec les Transports Alainé, de Macon (Saône-et-Loire), propriétaires de Garnier, à La Fouillouse. Leur filiale, commune à 50/50, Log Alsace, rebaptisée localement Log Loire, a signé un compromis de vente avec la Société d’Equipement de la Loire (SEDL), mandatée par Loire-Forez, pour l’achat de 6,7 ha de terrain aménagés à Sury-le-Comtal, sur la ZAC des Plaines. Une demande de permis de construire a été déposée fin décembre en vue d’y construire un ensemble logistique de 30 000 m2. « Notre objectif est de démarrer les travaux en mai, pour une livraison des premières cellules de stockage en octobre, le reste en avril 2016 », indique le président de la plus grosse entreprise de transport de la Loire (420 salariés).

Cet autre investissement devrait approcher 15 M€, avec une vingtaine de personnes qui travailleront sur le site. Cet entrepôt logistique répondant aux normes ICPE permettra de regrouper en un même lieu une activité actuellement dispersée sur plusieurs sites loués sur la région stéphanoise. Avec un raccordement à la RD 498 et à l’A 72, en évitant la traversée de Bonson, qui devrait être lancé dans les prochains mois.

Le groupe créé en 1963, par le père de Louis Vialon, ainsi que de son frère Michel et de sa sœur Christiane, qui travaillent à ses côtés, s’est développé historiquement avec des clients verriers : notamment Saint-Gobain, à Saint-Romain-le-Puy, et O-I Manufacturing, à Veauche. Il s’est diversifié et travaille aujourd’hui pour d’autres grands noms de l’industrie tels que Lafarge, Michelin, ou bien encore Easydis, la filiale logistique de Casino. Spécialisé dans les lots complets (excluant donc la messagerie et le transport à la palette), il a généré sur 2014 un chiffre d’affaires de 54 M€ avec son activité transport, pour un total consolidé de 59 M€.

LTR Vialon, dont le dirigeant préside la FNTR 42, est présent sur la location de véhicules avec chauffeur, le général cargo et le transport de produits volumineux. Il dispose pour ce dernier d’une flotte de 160 camions remorques, d’un PTAC de 44 t, avec une longueur de plateau de 15,50 m et une capacité de 120 m3. « Ce qui nous situe parmi les cinq premiers français de cette spécialité », souligne Louis Vialon.

Denis Meynard

Un étage supplémentaire pour le siège social

Pour accompagner sa croissance interne LTR Vialon se structure, en recrutant dernièrement un directeur administratif et financier. Elle pousse aussi les murs où son installés les 45 salariés du siège, en dotant le bâtiment d’un étage supplémentaire. « La construction de ce troisième niveau, ainsi que le renouvellement informatique représentent un investissement supplémentaire de 500 000 € », indique Louis Vialon, qui a vu l’effectif partir de sept personnes quand il a commencé à travailler dans l’entreprise pour atteindre les 420 aujourd’hui.
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide