Fermer la publicité

Lorette : Erba se restructure

Loire le 14 février 2015 - Denis MEYNARD - Immobilier et BTP - article lu 737 fois

Lorette : Erba se restructure

L'entreprise indépendante du bâtiment a changé d'actionnaire majoritaire et engagé la suppression d'une trentaine d'emplois.

Erba, principale entreprise du groupe éponyme basé à Lorette, a réorganisé son actionnariat avec le retour de Remo Stella comme actionnaire majoritaire et comme président, dans le cadre de l’ouverture d’une procédure de sauvegarde, en octobre, par le Tribunal de commerce de Saint-Etienne.

Ces dernières semaines, il a porté sa participation à 51 % de la holding Erba Investissements, en reprenant la moitié de celle de Damien Bertrand, l’ex-président démissionnaire. Ce dernier, qui avait pris le contrôle du groupe à la même hauteur, 18 mois auparavant, indique conserver « un quart du capital et quelques missions bien définies ». Le dernier quart du capital est détenu par Franck Fournier et plusieurs autres cadres.

Parallèlement, une restructuration en cours porte sur la suppression d’une trentaine d’emplois dans cette société, dont l’effectif passera sous la barre de la centaine de salariés. Remo Stella souligne que la plupart des secteurs d’activités de l’entreprise (plâtrerie-peinture pour le secteur tertiaire, revêtement anti corrosion et traitement de surface en milieu nucléaire) sont touchés par un ralentissement de l’activité. Il souligne que le ravalement de façade et l’isolation par l’extérieur ont par ailleurs souffert des mauvaises conditions météo de ces dernières semaines.

De retour aux affaires, à 62 ans, quelques mois après avoir pris sa retraite, le PDG estime qu’il devra procéder à une augmentation de capital dans le cadre d’un plan de continuation qu’il envisage de présenter au tribunal de commerce au second semestre. « Je reprends tout à zéro, en faisant le forcing pour rentrer des commandes, réorganiser le capital et remotiver les troupes », déclare-t-il.

Sur 2015, le chiffre d’affaires global du groupe devrait reculer de 6 à 7 M€, entre 16 et 17 M€, estime-t-il. Petrus Cros SN, à Firminy, détenue à 51%, et les autres filiales à 100% (Bernabé SN, Protec Métal, à Châteauneuf, Scoccini, à Vénissieux) totalisent quelque 70 salariés. Bernarbé SN, qui a quitté Saint-Etienne pour Lorette l’an dernier, placée en redressement judiciaire en juillet, en est sortie la semaine dernière à la faveur de la validation d’un plan de continuation.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide